Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les conséquences politiques du tremblement de terre en Turquie

La rédaction
visites
1033

Le 25 août, Lyndon LaRouche a déclaré que le terrible tremblement de terre qui vient de secouer la Turquie a ébranlé la stratégie géopolitique du Commonwealth anglo-américain et de ses agents contrôlant l’OTAN, qui visait à « transformer toute la région de la Transcaucasie et de l’Asie centrale en un vaste champ de bataille dirigée contre la Russie, la Chine et l’Iran. »

« La piètre qualité de la construction des logements dans la région où s’est produit le tremblement de terre, l’absence même d’aide minimale d’urgence dans une région à risque sismique élevé et l’intervention lamentable des militaires turcs face au désastre » ont fait apparaître la faiblesse fatale de la Turquie.

Ce pays était censé être le bélier militaire et logistique pour conduire en Asie centrale « le genre de guerre irrégulière réclamé par Zbigniew Brzezinski, du Council on Foreign Relations de New York. » « L’épine dorsale des folies militaires de l’OTAN dans la région devait être fournie sur le terrain par les militaires turcs. » Déjà pendant la récente guerre des Balkans, « l’OTAN s’était révélée dépourvue de toute capacité d’attaque en profondeur (...) La phase suivante des opérations de l’OTAN en Transcaucasie et en Asie centrale reposait largement sur la Turquie, qui devait fournir les forces terrestres devant être déployées dans les régions turcophones ».

LaRouche ajouta : « La conclusion générale à retirer de tout cela est que ni l’état-major de l’OTAN ni les dirigeants politiques actuels ne semblent comprendre ce que n’importe quel militaire américain traditionnel enseignait dans les académies militaires de West Point et d’Annapolis : la guerre représente bien autre chose que le simple fait de tuer un grand nombre d’êtres humains. Le but de la guerre est d’aider les institutions politiques à remporter la victoire à l’issue d’un conflit armé. C’est ce que ce terrible tremblement de terre nous a révélé au sujet de la Turquie et de l’OTAN en général.

« La leçon à tirer de la récente guerre des Balkans et de la situation créée après le tremblement de terre en Turquie, c’est que les Etats-Unis doivent non seulement retrouver le niveau de compétence stratégique de Douglas MacArthur, mais aussi de revenir à une doctrine politique de stratégie globale qui réponde à la situation globale actuelle. »

Contactez-nous !