Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les effets de la contraction économique américaine sur l’Asie de l’Est

La rédaction
visites
798

Depuis le krach de 1997-99 en Asie, la Corée du Sud, Taiwan, la Chine et même le géant industriel qu’est le Japon ont appliqué une politique d’exportations sans précédent vers le marché américain, ce qui semblait être la seule solution possible pour surmonter la « crise asiatique ». Plus que jamais, l’Asie a exporté vers les Etats-Unis des « technologies de l’information » et des biens de consommation.L’accroissement des exportations coréennes, japonaises et chinoises est maintenant en fort ralentissement. La déconfiture du marché de la « nouvelle économie » américaine affecte non seulement les exportations mais aussi le commerce interne à l’Asie ; en effet, les échanges entre Japon, Chine, Taiwan et Corée du Sud ont porté de plus en plus sur les « technologies de l’information », en vue d’une réexportation définitive vers les Etats-Unis.

Une menace dramatique pèse sur l’industrie sud-coréenne qui, en termes économiques réels, revêt une importance vitale pour la région et pour l’économie mondiale. En Corée du Sud, le fardeau de la dette des entreprises a atteint 164 % du PIB à la fin de l’année, bien que le plus gros des 58 milliards de dollars dus au FMI ait déjà été remboursé. A l’instar de Wall Street, la Bourse coréenne a plongé également : en 2000, le principal indice, le KOSPI, a perdu 50 % de sa valeur et le KOSDAQ, version séoulienne du NASDAQ, a chuté de 75 %. La monnaie se trouve à son plus bas niveau depuis vingt-six mois contre le dollar. Par ailleurs, des sociétés étrangères rachètent d’importantes industries coréennes, notamment dans la chimie, le papier, les pièces détachées automobiles et les produits pharmaceutiques. Ce sont en majeure partie des banques de Wall Street qui achètent les titres de la dette coréenne pour 40 à 60 % de leur valeur nominale.

La « crise asiatique » a contraint la Corée à accepter les « réformes structurelles » du FMI, ce qui s’est traduit ces trois dernières années par une réduction de la capacité de production et des emplois dans l’industrie. On enregistre presque chaque jour des faillites, des licenciements ou des « restructurations » dans l’industrie sud-coréenne, alors que la crise de la dette coréenne s’aggrave. Le secteur du bâtiment, qui emploie 6,6 millions de gens, soit 10 % de la force de travail, est particulièrement frappé par la crise, entraînant une forte augmentation du chômage. De plus, des parties vitales du filet de protection sociale, notamment le système de santé publique, sont au bord de la faillite.

Le gouvernement sud-coréen essaie toutefois de sauver au moins une partie des secteurs industriel et bancaire vitaux. Depuis 1998, on a renfloué le système bancaire et financier à hauteur de quelque 100 milliards de dollars. Le 2 janvier, la Société d’assurance des dépôts de l’Etat a fait savoir qu’elle avait injecté 3,2 milliards de dollars dans six banques en faillite et qu’elle compte verser trois milliards de dollars supplémentaires d’ici mars. Le lendemain, 300 millions de dollars ont été injectés dans Hyundai Electronics Industries, pour sauver du défaut de paiement le deuxième producteur de microprocesseurs du monde.

Au Japon, l’économie réelle demeure stagnante, malgré des exportations record au cours des deux dernières années et de nouveaux « programmes de relance », tandis que la dette atteint des dimensions astronomiques. La seule dette du secteur public japonais représente 150 % du PIB. Les pressions sont particulièrement fortes dans le secteur du bâtiment, qui emploie 10 % de la population active. Même le très discret gouverneur de la Banque du Japon, Masaru Hayami, a lancé une mise en garde dans un discours prononcé le 21 décembre : « Il est nécessaire d’observer si un ralentissement de l’économie des Etats-Unis aura un effet négatif sur l’économie mondiale (...) Les exportations de produits info-tech devraient chuter. Nous devons voir ce que cette [baisse des exportations] signifie. »

La Chine est également affectée : l’investissement étranger a diminué de 2,3 % en 2000 par rapport à 1999. Sa dépendance par rapport à l’exportation d’équipements de télécommunications et électroniques devient dangereuse. En novembre, la croissance des exportations a considérablement ralenti.

Taiwan, premier fournisseur des Etats-Unis en produits de « technologie de l’information », connaît également une crise économique et financière de taille. Les mauvaises dettes ont enflé à cause de la chute de 44 % de la Bourse de Taipei et de l’effondrement des prix immobiliers. Au cours des trois derniers mois, le dollar taiwanais a chuté de 6 % par rapport au dollar américain.

Pour réduire leur dépendance par rapport aux exportations vers un marché américain en contraction, les nations asiatiques devraient urgemment renforcer la coopération et le commerce régionaux.

Contactez-nous !