Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les élites israéliennes divisées sur l’opportunité d’une frappe contre l’Iran

La rédaction
visites
1065

Le 8 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) – Le lieutenant-général Shaul Mofaz, ancien chef d’état-major et ministre de la Défense d’Israël, aujourd’hui président du Comité de la défense et des affaires étrangères de la Knesset, a déclaré à Radio Israël, en réaction au discours de Benjamin Netanyahou à la réunion de l’AIPAC à Washington du 5 mars, que c’était une erreur de présenter les activités nucléaires iraniennes comme une menace imminente pour Israël.

Mofaz, qui espère vaincre l’actuel dirigeant du parti Kadima Tzipi Livni lors des primaires à venir, affirme qu’Israël n’est pas un ghetto et qu’il est dangereux d’en faire ce que la Torah appelle « une nation qui s’appesantit sur son sort ».

Les 23 et 24 février dernier le quotidien israélien Ha’aretz publiait deux articles divulguant que le Président israélien Shimon Peres entendait se rendre à Washington pour rencontrer Barack Obama, la veille de sa réunion prévue avec le Premier ministre Benjamin Netanyaou, et lui faire part de son opposition à une attaque contre l’Iran dans un avenir proche. Ainsi, les vétérans de la classe politique et militaire israélienne sortent les uns après les autres pour s’opposer à l’agenda britannique auquel obéissent Netayahou et Ehud Barak.

Même si Peres a par la suite nié avoir confié à ses conseillers qu’il entendait s’opposer activement à la guerre contre l’Iran, la teneur de sa discussion privée avec Barack Obama n’a pas été révélée.

La nouvelle de cette réunion a toutefois provoqué la colère du ministre de la Défense Ehud Barak, qui a accusé l’ancien chef d’état-major de l’armée Gabi Ashkenazi de l’avoir recruté à ses vues pacifiques. Il a également rappelé, de manière sarcastique, que Peres s’était opposé à l’attaque sur la centrale nucléaire irakienne d’Osirak en 1981 : « Imaginez ce qui serait arrivé si les américains et leurs alliés avaient tenté de sortir Saddam Hussein du Koweit alors qu’il aurait été en possession de trois bombes nucléaires. »

Contactez-nous !