Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les enquêtes américaines sur la BAE « un cauchemar diplomatique pour Londres » selon le Sunday Times

La rédaction
visites
1212

Le Sunday Times du 1er juillet exprime dans ses colonnes le souci de certains cercles britanniques alors que le système BAE pourrait se retrouver jugé devant les tribunaux américains

1er juillet 2007 (LPAC) - Le Sunday Times du 1er juillet exprime dans ses colonnes le souci de certains cercles britanniques alors que le système BAE pourrait se retrouver jugé devant les tribunaux américains. Si le scandale de BAE avait été jusque là minimisé, le Times reconnaît que la chute de 8 % des actions BAE reflète un changement d’attitude à la City de Londres. Cette réaction a été déclenchée « par la réputation terrifiante du Département de la Justice américain, et des amendes sévères qu’il peut imposer en appliquant le Foreign Corrupt Practices Act ».

Le Sunday Times avance même l’idée que des dirigeants de BAE pourraient être extradés vers les Etats-Unis comme dans l’affaire Enron, où trois banquiers britanniques étaient passés devant les tribunaux américains.
Etant donné que BAE fait 36 % de son chiffre d’affaires sur le territoire américain et que l’argent des contrats d’Al Yamamah avec les saoudiens a massivement transité par la défunte Riggs Bank de Washington, le Sunday Times reconnaît que la justice américaine pourrait être en droit de le faire.

« L’enquête du Département de la Justice pourrait aussi devenir un cauchemar diplomatique pour la Grande-Bretagne. Puisque les accords d’Al Yamamah ont été signés entre gouvernements, des questions embarrassantes pourraient être soulevées sur l’implication du Ministère de la défense et de son agence pour les exportations (DESO) »

Contactez-nous !