Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 24 avril - Jacques Cheminade : « Mon exemple, c’est le général de Gaulle partant à Londres » Lire Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire
AccueilActualité
Brèves

Les fonds-vautours utilisent le FMI et le G-7 contre l’Argentine

La rédaction
visites
1257
commentaire

Alors qu’Alan Greenspan est à cours de tours de passe-passe pour sauver un système financier en cours d’effondrement, les « fonds vautours » deviennent de plus en plus agressifs vis-à-vis du gouvernement souverain d’Argentine. Les banques qui contrôlent les fonds-vautours, auto-proclamées Comité global des détenteurs d’obligations argentines (Global Committee of Argentine Bondholders), ont désormais convaincu le Fonds monétaire international (FMI) de soutenir leur revendication vis-à-vis du gouvernement de Buenos Aires, accusé d’offrir une restructuration de dette « manquant de générosité » et prié de revoir sa copie. Le FMI a repoussé l’approbation de la troisième mouture de son accord avec l’Argentine, et a par ailleurs exigé que l’Argentine augmente son excédent primaire (c’est-à-dire son excédent budgétaire, net du service de la dette) pour atteindre au minimum 4%. Le FMI a également remis en cause la totalité du programme de restructuration de la dette ; selon le journal Clarin, les envoyés du FMI ont jugé insuffisante la loi de responsabilité fiscale déjà approuvée par le Sénat, visant à forcer les autorités provinciales à équilibrer leur budget. La loi n’est pas assez sévère avec les Gouverneurs qui renâcleraient à appliquer les mesures d’austérité ont déclaré les représentants du FMI. A la réponse des représentant du ministère des Finances argentin, qui soulignaient que la Constitution de l’Argentine ne permet pas de telles mesures punitives, le Fonds a rétorqué : « changez la Constitution ».

La changement d’attitude du FMI vis-à-vis de l’Argentine est intervenu lors de la réunion des représentants des ministres des finances du Groupe des Sept tenue en Californie les 17 et 18 juillet, montrant à quel point les gouvernement du G-7 sont manipulés par les fonds-vautours.

Dans leur tentative d’établir une sorte de « gouvernement mondial des créditeurs » à même de défier les réglementations internationales, les fonds-vautours ont marqué un point lorsque les filiales panaméennes de deux banques publiques argentines ont fait l’objet d’un embargo par un « créditeur » dont le nom n’a pas été dévoilé. Les comptes saisis sont ceux de la Banco de la Nacion et de la Banco de la Provincia de Buenos Aires. C’est la première fois que des fonds argentins liquides sont ainsi bloqués, et bien que ni l’identité du créditeur ni les montants en jeu n’aient été rendus publics, plusieurs sources émettent l’hypothèse d’un jugement obtenu contre l’Argentine devant une Cour européenne, dont l’application a été demandée aux autorités panaméennes afin de saisir les fonds.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide