Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les généraux Schwarzkopf et Zinni critiquent la politique de guerre contre l’Irak

La rédaction
visites
805
commentaire

Le général Norman Schwarzkopf (cr), commandant-en-chef des forces armées américaines pendant la guerre du Golfe de 1991, a fait part de son scepticisme vis-à-vis d’une invasion de l’Irak. « Je pense qu’il est important d’attendre pour voir ce que trouveront les inspecteurs et l’on peut espérer que ce sera concluant », a t-il déclaré dans une interview parue dans le Washington Post du 28 janvier. « Avant de dire franchement « Il est nécessaire, sans l’ombre d’un doute, d’envahir l’Irak », j’aimerais avoir plus d’informations », affirme le général, baptisé « Stormin’ Norman » pendant l’opération Tempête (Storm) du désert.

Si Schwarzkopf apprécie l’attitude du secrétaire d’Etat Colin Powell, il est par contre très critique envers Rumsfeld : « Certains de ses propos m’ont inquiété. (...) Dans ses commentaires, il paraît qu’il ne tient pas compte de l’Armée. (...) Il y a au Pentagone des gars qui ont fait de la planification d’opérations pendant toute leur carrière, n’est-ce pas ? Alors, de voir que la sagesse acquise au cours de tant d’opérations, de guerres, de cours... de la voir simplement ignorée, et d’avoir à la place quelqu’un qui n’a aucune formation de ce type, c’est préoccupant . »

Le général Schwarzkopf pense qu’une invasion de l’Irak ne sera pas aussi simple qu’on la présente et que ce qui se passera après une éventuelle victoire est encore plus aléatoire. « A quoi ressemblera l’Irak après la guerre, avec les Kurdes, les Sunnites et les Chiites ? C’est une question primordiale, à mon avis. Cela devrait faire partie du plan de campagne général. » Précisons que le général Schwarzkopf est un ami de George Bush père, avec qui il joue régulièrement au golf.

Le général Anthony Zinni, ancien chef du Commandement central de l’armée américaine, a déclaré dans une interview publiée dans le Newsweek du 3 février : « Au départ, on pouvait au moins insinuer que l’Irak était lié au terrorisme. Lorsqu’il s’est avéré impossible d’établir ce lien, [la raison pour envahir l’Irak] est devenue la possession d’armes de destruction massive. Ne pouvant pas le prouver, c’est devenu le manque de coopération. Maintenant, on en est réduit à dire : « Vous ne nous laissez pas parler avec vos scientifiques », pour justifier la guerre. Ou encore : « Nous savons ce que possèdent les Irakiens, mais nous ne pouvons pas vous le dire. » Tout ceci vraiment trop confus. » Ancien chef de la région militaire comprenant l’Irak et le Moyen-Orient, le général Zinni est depuis longtemps opposé à une nouvelle guerre contre l’Irak.

Contactez-nous !

Don rapide