Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les hedge funds s’offrent les députés européens

La rédaction
visites
1640

24 septembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – En mai 2008, Poul Nyrup Rasmussen, le président du Parti socialiste européen (PSE) a publié un rapport invitant la Commission de Bruxelles à légiférer sur les fonds d’arbitrage (hedge funds) et les fonds de capital-investissement (private equity).

Après plus de 200 amendements déposés par le camp adverse et, comme le rapporte le quotidien financier Les Echos, après « un intense lobbying de la profession », les eurodéputés ont adopté hier en session plénière le rapport quasiment vidé de sa substance.

Alors que le rapport réclamait la mise en place d’un système d’enregistrement et d’autorisation unique au niveau européen, ce fameux « régulateur unique » que le chroniqueur du Daily Telegraph Ambrose Evans Pritchard considérait comme une menace contre la City de Londres, cette idée fut soigneusement évacuée du texte.

Autre scandale : si la première mouture du rapport demandait à la Commission de limiter la part de la dette que comportent les effets de levier (Leverage Buy Out ou LBO’s), la version finale suggère simplement d’éviter « que son montant ne soit excessif… »

Malgré tout, rapporte Les Echos, le rapport demande « que les fonds de capital-investissement et les hedge funds soient soumis à des exigences minimales en termes de fonds propres et qu’ils soient tenus de divulguer aux autorités comme aux investisseurs une série d’informations sur leur exposition à l’endettement, la provenance et le montant des fonds collectés, la rémunération de leurs dirigeants ou encore l’identité de leurs principaux actionnaires. »

{}

L’exigence de ce brin de régulation a pourtant suffi pour mettre le commissaire européen au Marché européen, l’irlandais Charlie McCreevy, dans tous ses états.

Au moment où la planète entière, constatant le désastre actuel, exige qu’on soigne la « finance folle », et alors que même Nicolas Sarkozy pointe du doigt les hedge funds, le commissaire européen s’est exclamé : « Je ne crois pas nécessaire, à ce stade, de traiter les ‘hedge funds’ et les fonds de capital-investissement de la même manière que le secteur régulé ».

{}

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !