Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les marchés s’effondrent... et Greenspan vit dans sa propre bulle

La rédaction
visites
772
commentaire

Le 26 septembre, le président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, a eu le grand honneur d’être nommé « Chevalier de l’ordre de l’Empire britannique » (KBE en anglais) en raison de sa « contribution marquante à la stabilité économique mondiale ». Avant la cérémonie au château royal de Balmoral, il a assisté à divers événements dans la Cité de Londres.

Selon un initié du monde de la finance londonien, qui l’a rencontré à l’une de ces cérémonies, le dirigeant de la Fed semblait « inconscient », comme s’il « vivait dans sa propre bulle ». Interrogé à propos des scandales des entreprises américaines qui ont secoué tout le système financier américain, Greenspan lui a répondu : « Oh oui, oui, même certains de mes meilleurs amis y étaient impliqués. » Et lorsqu’il leur a demandé « comment ils avaient pu faire cela », ils lui ont répondu qu’« ils ne savaient tout simplement pas ce qu’ils faisaient, mais ils m’ont promis de ne plus jamais le faire. »

Alors que ce père de la bulle de la « nouvelle économie » recevait les honneurs à Londres, le monde encaissait une nouvelle dose massive de « stabilité économique mondiale », les marchés boursiers internationaux atteignant à nouveau des planchers record. Pendant la semaine qui s’est terminée le 27 septembre, le Nasdaq a chuté en dessous de la barre des 1200 points pour la première fois depuis septembre 1996. Depuis son sommet de 2000, le Nasdaq a perdu plus de 70 % de sa valeur. Alors que l’indice Dow Jones n’a reculé « que » de 12 000 à 7800 points depuis deux ans et demi, l’indice S&P-500, qui couvre davantage d’actions américaines, a perdu 45 % de sa valeur pendant la même période.

Si le S&P-500 continue à chuter au même rythme pendant encore une semaine, ses pertes auront dépassé la barre des 48,2 % franchie en 1973-74 et son déclin actuel sera le plus considérable depuis 1937-38. Voilà déjà 31 mois que les marchés boursiers américains sont en baisse, c’est donc le krach le plus long depuis 1939-41. Au Japon, le Nikkei avait atteint, début septembre, son niveau le plus bas depuis 19 ans. La plupart des indices boursiers européens sont au plus bas depuis 6 ans. Le DAX allemand est tombé à 2800 points le 26 septembre, à comparer au pic de 8000 points de mars 2000. Quant au Nemax-50, l’indice des sociétés de la « nouvelle économie » allemande, après avoir plongé à de nouveaux records presque chaque jour ouvrable de septembre pour perdre, en tout, 97 % par rapport à sa valeur maximale de 2000, il sera tout simplement fermé d’ici la fin de l’année.

Dans un discours prononcé le 25 septembre dans les nouveaux locaux du Trésor de Grande-Bretagne, Alan Greenspan a noté qu’après l’éclatement de la « bulle des mers du Sud », en 1720, le chancelier de l’Echiquier britannique avait été emprisonné dans la Tour de Londres. CBS MarketWatch a commenté que, si les marchés continuaient à chuter pendant encore quelques semaines, « la Tour pourrait devenir le seul endroit où Greenspan puisse être à l’abri des investisseurs en colère ».

Contactez-nous !

Don rapide