Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les menaces contre Obama se précisent

La rédaction
visites
2918

8 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Différents articles publiés dans la presse britannique après l’élection de Barack Obama confirment la mise en garde lancée par Lyndon LaRouche le 30 octobre sur le risque d’assassinat du président élu des Etats-Unis.

JPEG - 6.1 ko
 
Le Daily Express du 6 novembre

Le 6 novembre, le Daily Express titrait sur toute sa une « La cible Obama » et évoquait « la crainte qu’Obama n’atteigne jamais la Maison Blanche ». L’article était précédé d’un chapeau expliquant « une opération de style militaire pour garder Obama vivant, était en cours hier, dans les heures suivant sa victoire ». « Beaucoup craignent qu’une tentative d’assassinat ne soit qu’une question de temps », averti l’article, avant de rapporter en détails le dispositif de protection du Secret Service sur la famille Obama et le refus du président élu, contre l’avis des responsables de sa sécurité, de porter un gilet pare-balles.

L’article a été repris dans de nombreux journaux du Royaume-Uni et du Commonwealth.

« Ce genre de comportement, venant de la presse britannique, ne me surprend pas du tout », a déclaré Lyndon LaRouche. « Les Britanniques exultent publiquement sur leurs plans d’assassinat contre le président élu des Etats-Unis. Ceci doit être arrêté à tout prix. »

Le 30 octobre, LaRouche mettait en garde :« Il est vrai que récemment, Obama a reçu le soutien apparemment enthousiaste de la presse de l’establishment britannique, dont le Financial Times et le magazine virulemment anti-américain, The Economist. Mais il serait fort imprudent d’oublier cette tradition ancestrale du baiser de la mort. »

« En plein effondrement du système financier et monétaire international, il n’y a rien que l’establishment financier anglo-hollandais puisse désirer davantage que de détruire la souveraineté constitutionnelle des Etats-Unis. (…) le plus grand danger reste que les Britanniques, ayant réussi à mettre leur homme à la Maison blanche, décident que leur cause sera mieux servie en l’assassinant. » [*]

Il concluait sa déclaration en disant : « Face à cette menace, les républicains et les démocrates sensés doivent se rassembler en une force nationale qui défende l’intégrité du pays et adopte les politiques qui la sauveront. »


[*L’objectif stratégique d’un tel assassinat est sans aucun lien avec le mobile raciste qui pourrait l’inspirer, la haine raciale réciproque étant justement utilisée comme ferment de déstabilisation des Etats-Unis. Dans ce contexte, la « propagande par le fait » instiguée par la presse britannique contribue à créer le climat d’un assassinat.

Contactez-nous !