Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les nouvelles révélations sur Blackwater provoquent la colère du Congrès

La rédaction
visites
2676

25 août 2009 (Nouvelle Solidarité) – Si l’on reparle de la société de mercenariat privé Blackwater — qui vient de changer son nom il y a quelques mois en « Xe Services LLC » dans une tentative désespérée pour faire oublier sa mauvaise réputation — c’est la faute de la presse. En effet, le New York Times vient de « révéler » que la CIA avait eu recours à cette société en 2004 pour mener à bien un programme clandestin d’assassinats ciblés contre des éléments d’Al-Qaida en Afghanistan.

D’après l’enquête du quotidien, la principale raison pour laquelle la CIA a fait appel aux services de Blackwater, avec laquelle elle avait déjà conclu de nombreux contrats, s’explique par le fait qu’un certain nombre de barbouzes expérimentés de la CIA avaient quitté la centrale du renseignement américain pour rejoindre la société privée.

C’était notamment le cas de J. Cofer Black, en charge des opérations de « contre-terrorisme » de la CIA, avant son embauche en 2005 par le fondateur de Blackwater, Erik Prince, pour diriger son agence de renseignement privé.
Bien que la CIA lui ait versé 10 millions de dollars, Blackwater n’a pas réussi à tuer ni capturer un seul terroriste. L’existence même de ce programme fut cachée aux élus, apparemment sur ordre de Dick Cheney, le vice-président de George W. Bush.

C’est l’actuel directeur de la CIA, Leon Panetta, qui vient de révéler l’existence de ce contrat. Découvrant le pot aux roses, la sénatrice démocrate de la Californie, Dianne Feinstein, a déclaré le 20 août que le fait de ne pas avoir notifié aux membres du Congrès l’existence de ce programme « constitue une violation de la loi ». Elle a ensuite vertement critiqué la CIA pour confier trop souvent aux sociétés militaires privés (SMP) des missions relevant des fonctions régaliennes de l’Etat.

A ce jour, Blackwater garde un profil bas, tout en conservant pour plusieurs centaines de millions de dollars de contrats avec la CIA, dont certains restent classés « secret ». Il s’agit en particulier de missions de sécurité et de protection des troupes américaines en Afghanistan et en Irak, bien que Blackwater y fût condamné pour son comportement criminel lors d’un incident à Bagdad en septembre 2007, qui coûta la vie à dix-sept civils.
Le département d’Etat américain n’a pas réduit sa dépendance vis-à-vis des SMP, en dépit des promesses faites par Hillary Clinton en février.

Le 20 août, le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain, le démocrate John Kerry, a adressé une lettre au fondateur de Blackwater, Erik Prince, lui demandant tous les détails de ses contrats juteux avec la CIA. Kerry se dit préoccupé par l’idée que les contrats officiels de Blackwater avec le Département d’Etat aient « permis [à Blackwater] de collecter des informations pour le programme d’assassinats ciblés ».

Le Wall Street Journal note pour sa part que, comme en Irak, le nombre d’hommes opérant pour les SMP (soit 74000) dépasse largement l’effectif des soldats américains en uniforme (58000). L’envoi de renforts prévu par Barack Obama ne fera qu’accroître la participation des mercenaires privés, estime le journal.

Dossier :
Mercenaires sans frontières, les chiens de guerre de la mondialisation financière

Contactez-nous !