Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

26 juin - Shakespeare mobilisé pour tenter de couler Trump Lire 23 juin - Guerre, choléra et famine au Yémen : la complicité criminelle des occidentaux dénoncée à l’ONU Lire 22 juin - Surréaliste : la lutte antifraude fiscale européenne s’installe au Luxembourg ! Lire
AccueilActualité
Brèves

Les ouvriers roumains ne veulent « pas être esclaves dans l’UE »

La rédaction
visites
905
commentaire

12 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) – « Roumanie, réveille-toi ! Nous ne voulons pas être esclaves dans l’Union européenne », déclamait une banderole tenue par des ouvriers roumains du groupe Renault, le 10 avril à Pitesti. Avec sa marque Dacia, Renault construit dans les pays d’Europe de l’est sa fameuse « Logan », une voiture à bas prix qui a battu des records de vente en France l’an dernier. Les ouvriers de son site roumain de Pitesti étaient en grève depuis 3 semaines et ont obtenu que leur salaire passe de 285 à 365 euros (sic).

Menacés par les délocalisations ou l’importation de main d’œuvre chinoise ou moldave, les ouvriers roumains ont perdu leurs illusions. L’envoyé spécial du Monde, Benoît Hopquin, a recueilli de nombreuses réactions des ouvriers en grève ; l’un d’eux confiait : « Avec la chute du communisme, je pensais que nous arriverions à votre niveau. Avec l’entrée dans l’UE, je l’ai un peu plus cru. Mais nous en sommes encore très loin ». « En Europe, on ne devrait pas gagner un revenu différent pour le même travail », rouspète un autre après avoir appris le salaire d’un ouvrier Renault en France. Une fille d’ouvrière a même dit brutalement : « Moi, je n’accepterais pas de travailler pour ce genre de salaire. Je préfère partir à l’étranger. »

Dans le même temps, la Cour européenne de Justice a rendu trois jugements en défense du dumping salarial (emploi de main d’œuvre étrangère à salaires étrangers) dans les cas Vaxholm-Laval en Suède, Rüffert en Allemagne et Viking en Finlande (voir ici ). Qui a dit que la directive Bolkenstein avait été retirée du Traité de Lisbonne ?

Voir aussi : 35000 manifestants contre les bas salaires de la BCE

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide