Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les « partenariats public-privé », une ruse de Rohatyn

La rédaction
visites
887
commentaire

Pour mettre la main sur l’infrastructure publique, des intérêts proches du banquier synarchiste Felix Rohatyn ont inventé un nouvel instrument : le PPP (partenariat public-privé). En réalité, c’est une privatisation qui ne dit pas son nom - les ports, routes, systèmes d’eau, services municipaux sont achetés par des sociétés privées appartenant à ce réseau (pour le détail du processsus, voir http://ncppp.org). Parmi celles-ci, on compte Bechtel et Morgan Stanley, ainsi que Macquarie, le numéro un mondial d’autoroutes payantes qui a trois partenariats avec la banque Lazard.

En 2004, Rohatyn avait créé, au sein du Center for Strategic and International Studies, la Commission de l’infrastructure publique pour encourager les PPP. Aujourd’hui, 22 des 50 Etats américains ont modifié leurs lois de façon à autoriser, sous une forme ou une autre, de tels partenariats. Depuis 2000, le Conseil national des PPP organise des conférences pour tenter de « convaincre » les élus et responsables locaux d’autoriser la vente des infrastructures, et plus particulièrement des acquisitions étrangères.

Le 21 septembre 2005, un « PPP Caucus » a été créé au Congrès, sous la direction du sénateur républicain de Virginie, George Allen, et du député républicain Chris Cannon. La Virginie est vantée comme un modèle pour tous les Etats-Unis ; en 2005, elle a modifié sa loi et autorisé la vente à Macquerie d’une section d’autoroute de 23 km.

Actuellement, au niveau national, les sociétés privées comptent sur l’acquisition de 18 autoroutes importantes, pouvant se monter à quelque 25 milliards de dollars. Dans ce cadre, nous citerons deux accords récemment conclus :

  • Illinois : en 2005, Chicago a vendu une concession de 99 ans sur une route à péage de 12 km, allant du centre-ville jusqu’à la frontière avec l’Indiana. Elle a été achetée au prix de 1,82 milliard de dollars par le Macquarie Infrastructure Group et Cintra, une société espagnole. De 20 dollars de l’heure, le salaire des collecteurs est passé entre 10 et 12.
  • Indiana : la concession de 75 ans sur son autoroute (Turnpike) a été vendue le 30 juin pour 3,85 milliards de dollars - là encore, à Cintra-Macquarie.

En février 2006, Lazard Asset Management a lancé sa stratégie de Global Listed Infrastructure (Infrastructure cotée en Bourse), visant plus spécialement les « actions d’infrastructure en Amérique du Nord ». Un communiqué de presse de Lazard la décrit ainsi : « Les équipements en infrastructure sont les systèmes physiques de base nécessaires pour le bon fonctionnement d’un pays ou d’une municipalité, comprenant l’énergie, l’eau, les routes, aéroports, ports, voies ferrées et systèmes de communication. Traditionnellement, une grande part de l’infrastructure globale a été développée par les gouvernements et leur appartient, mais la tendance va de plus en plus dans la direction de propriété cotée ou non cotée. Les avoirs en infrastructure peuvent présenter des aspects attractifs pour l’investissement : longue durée, faible risque de pertes de capitaux, recettes liées à l’inflation. »

Contactez-nous !

Don rapide