Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Br`ves

Les révélations explosives de Richard Clarke

La rédaction
visites
753

Les auditions de la Commission nationale sur les attaques du 11 septembre 2001, ouvertes au Sénat dans la quatrième semaine de mars, se sont transformées en choc frontal entre l’ancien conseiller en contre-terrorisme, Richard Clarke, et les responsables de l’administration Bush, notamment Condoleezza Rice. Clarke, qui a servi sous Reagan, Bush Sr., Clinton et George W. Bush, est l’auteur d’un livre paru en mars, Against All Enemies, Inside America’s War, dans lequel il donne son point de vue sur ce qui s’est passé avant, pendant et après le 11 septembre. La thèse principale du livre et de la déposition de Clarke devant la commission est fracassante : bien avant les attaques, on savait qu’Al-Qaida constituait la principale menace contre les Etats-Unis, mais l’administration Bush n’a rien fait pour la contrer parce qu’elle était obsédée par l’Irak. Clarke estime que, sur le plan militaire, il aurait fallu se concentrer sur l’Afghanistan, et non sur l’Irak. Selon lui, lorsqu’il informait Donald Rumsfeld, Condi Rice, Paul Wolfowitz et le Président Bush, du danger imminent que faisait peser Al-Qaida, ces derniers ne parlaient que d’attaquer Saddam Hussein. Dans son livre, Clarke mentionne la réunion de Camp David, peu après le 11 septembre, où Rumsfeld et Wolfowitz ont proposé de faire la guerre à l’Irak.

En témoignant devant la Commission du Sénat le 24 mars, Clarke commença par présenter des excuses aux familles des victimes : « Ceux chargés de vous protéger ont failli à leur tâche. J’ai moi-même failli. Nous avons fait beaucoup d’efforts, mais peu importe, nous avons failli à notre tâche. » Sa déclaration suscita des larmes et des applaudissements dans les familles des victimes. A la fin de son témoignage, il fut ovationné.

Par contre, les familles ont durement critiqué l’administration Bush pour avoir refusé de laisser déposer Condi Rice, la supérieure de Clarke à l’époque. Pour répondre aux accusations, Mme Rice a préféré rédiger des tribunes libres dans la presse ou participer à des débats télévisés. Dès la fin du témoignage de Clarke, Rice convoqua deux équipes de journalistes dans son bureau pour dénoncer ses affirmations. Quant au vice-président Dick Cheney, il s’est invité à l’émission du populiste notoire Rush Limbaugh pour s’en prendre à Clarke. Selon lui, Clarke n’était pas au fait des dossiers importants du Conseil national de sécurité, et en a gardé rancune. Mais en réalité, Condi Rice l’avait nommé responsable de la « gestion de crise » dès le 11 septembre, au moment des premières mobilisations. Il allait être remplacé, mais bien plus tard, après avoir déclaré que l’Irak n’avait rien à voir avec les attentats du 11 septembre.

Le 23 mars, la commission interrogea des responsables des administrations Clinton et Bush, leur demandant pourquoi ils n’étaient pas partis en guerre plus tôt contre Al-Qaida et pourquoi ils n’avaient pas bombardé l’Afghanistan bien avant le 11 septembre. Le lendemain, cependant, l’interrogation a pris un ton nettement partisan, pendant l’audition de Richard Clarke ; deux commissaires républicains - Jim Thompson et John Lehman - mirent directement en cause la crédibilité de son livre, de ses remarques dans les médias et aussi d’un briefing donné en 2002, au cours duquel il avait fait l’éloge des efforts de l’administration contre Al-Qaida.

Lehman entreprit de comparer le contenu de son livre à ses dépositions antérieures devant cette même commission. Clarke répondit qu’au cours de ses 15 heures de déposition, personne ne lui avait demandé son avis sur l’invasion de l’Irak. « Et la raison pour laquelle je suis véhément dans ma critique du Président des Etats-Unis, c’est parce qu’en envahissant l’Irak - un point sur lequel la commission ne m’a pas interrogé, mais que j’ai choisi de traiter abondamment dans le livre - le Président des Etats-Unis a considérablement sapé la guerre au terrorisme . »

Concernant le briefing d’août 2002, Clarke répondit : « On m’a demandé de défendre le dossier devant la presse. J’étais un assistant spécial du Président. Et j’ai défendu le dossier comme on me l’a demandé. » Ses propos n’étaient pas, dit-il, contraires à la vérité, mais il a insisté sur les points positifs, en minimisant les aspects négatifs.

Contactez-nous !