Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les sénateurs démocrates exigent une session à huis clos sur les abus en matière de renseignement

La rédaction
visites
684
commentaire

Coup d’éclat au Sénat américain le 1er novembre. Invoquant l’inculpation de Lewis Libby, les sénateurs démocrates ont exigé la convocation d’une session à huis clos afin de débloquer l’enquête sur les responsabilités de membres du gouvernement et de décideurs de la Maison Blanche dans les faux renseignements propagés avant la guerre d’Irak, afin de la justifier. Il s’agit de la « phase II » de l’enquête de la commission du Renseignement du Sénat que son président Pat Roberts s’était engagé à mener à bien, mais a systématiquement bloquée.

Tandis que journalistes et visiteurs quittaient les lieux, trois sénateurs démocrates, Dick Durbin, Jay Rockefeller et Chuck Schumer, ont expliqué lors d’une conférence de presse que l’attitude de Libby et de son patron Cheney était si inexcusable qu’il fallait leur demander des comptes. Les démocrates sont donc prêts, expliquèrent-ils, à réclamer une session à huis clos « tous les jours », jusqu’à ce que les républicains assument leur responsabilité et acceptent, comme convenu, de mener jusqu’au bout une enquête sur la conduite du gouvernement et d’en publier les conclusions sous forme de rapport.

Le président du groupe démocrate Harry Reid présenta sa motion en application du règlement 21, qui prévoit que tout sénateur, à condition d’être secondé par un autre, peut imposer une session à huis clos. Il suffit d’un vote majoritaire pour la lever. Evidemment, la teneur des débats n’est pas disponible, mais Reid déclara que c’était une « victoire pour le peuple américain ». En provoquant une épreuve de force, les démocrates ont obligé les républicains à accepter la nomination d’une commission bipartisane de six personnes, chargée d’examiner la « deuxième phase » de l’enquête et de remettre un rapport d’ici le 14 novembre.

Contactez-nous !

Don rapide