Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les « stress-test » vont-ils nous foutre les vacances en l’air ?

La rédaction
visites
1078

9 juillet 2010 (Nouvelle Solidarité) – Non, les « stress test » ne consistent pas à exposer la population à 30 minutes d’analyse économique de Christine Lagarde. Il s’agit de soumettre les banques européennes à une simulation de défauts de paiement pour voir si elles survivent. Mais bien évidemment, ces tests ne cherchent aucunement à exhiber l’état de faillite de nos banques, mais simplement à fabriquer une bonne nouvelle que l’on peut vendre à l’opinion et surtout aux marchés – ces derniers étant dans un état d’affolement pire qu’à l’automne 2008.

Selon certains analystes financiers, une simulation réaliste pour les banques européennes aurait dû prévoir sur une dépréciation de 50% sur les obligations grecques et de 30% sur les espagnoles (sans quoi ce serait de la simulation) ! Mais l’agence Bloomberg a révélé que les montants seraient simplement de 17% et 3%. C’est pour cela que Christine Lagarde a pu annoncer d’avance que les stress test démontreraient « la solidité et la bonne santé » des établissements financiers. Rappelons que les banques du vieux continent (économiquement incontinent) ont dû déprécier depuis le début de la crise bien plus d’actifs que leurs homologues américaines : 1300 milliards. Mais ce qui vient est encore pire : les banques françaises à elles seules sont exposées à hauteur de 380 milliards d’euros aux obligations grecques, espagnoles, irlandaises et portugaises ; quasiment 25% du PIB français ! Là où le stress test simule donc 25 milliards d’euros de pertes pour nos banques, il faudrait en réalité en compter au moins 100...

Vite, du Prozac pour Pébereau !


Lire aussi :


Contactez-nous !