Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Londres somme la Fed de baisser les taux

La rédaction
visites
1536

Le 28 janvier 2008 (LPAC) - La rubrique financière de référence, le « Lex » du Financial Times spécule sur l’attitude de la Réserve fédérale lors de sa prochaine réunion du 30 janvier où elle doit se décider sur les taux d’intérêts.

Le Lex prévient la Fed qu’une baisse supplémentaire d’un demi point serait une décision « certainement pas très saine ». Mais, dit-elle, la Fed est obligée d’y procéder de toute façon. Sinon elle portera la responsabilité d’une chute encore plus importante des marchés.

« Ayant fait son lit, la Fed doit se glisser dedans » écrit le Lex. « Les investisseurs, avec leur foi insensée dans les banques centrales et leurs capacités de résoudre les problèmes parient sur une largesse supplémentaire. Après une réaction si compulsive à la tempête boursière, ce serait bizarre de ne pas réagir et de prendre le risque de provoquer une chute brutale résultante de son inaction. »

LaRouche estime que le Lex se trompe spécifiquement sur cette question épineuse des taux. Je ne propose pas un simple retour [à des taux plus élevés] ou une marche arrière vers des taux hauts ou bas. Ce que je propose est un système à deux vitesses permettant aux autorités en question d’exercer un peu de contrôle sur tout ce processus. Ce qui est une chose entièrement différente que simplement baisser ou relever les taux.

« Ce qu’on souhaite c’est de relever les taux pour tout ce qui est spéculatif, tout en disposant de taux bas semblables à ceux pratiqués par F.D.Roosevelt lors de la reprise pour le plus grand bénéfice de l’économie nationale et ne le faire que pour cela. Ainsi vous disposez d’une régulation stricte, style Roosevelt, et les gens découvriront que l’argent qu’ils empruntent pour la spéculation devient excessivement cher et celui qui doit servir des objectifs légitimes bon marché. A l’heure actuelle, ça marche dans le sens inverse, ce qui est précisément le problème. »

Contactez-nous !