Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Lord Bertrand Russell et la guerre préventive

La rédaction
visites
896

Au cours de 25 dernières années, Lyndon LaRouche a souvent fait remarquer que certaines des pires caractéristiques du siècle dernier reflétaient l’impact des idées de deux grands impérialistes britanniques, qui figurent parmi les premiers « mondialistes » : lord Bertrand Russell et l’écrivain H.G. Wells. Tous deux prônaient un régime stratégique global de terreur nucléaire, débouchant sur l’élimination de l’Etat-nation, l’instauration d’un « gouvernement mondial » et la suppression du progrès scientifique et technologique. Russell était particulièrement insidieux dans la mesure où il se faisait passer pour un grand « pacifiste » alors qu’après la Deuxième Guerre mondiale, il appelait les Etats-Unis à lancer une frappe nucléaire préventive contre l’Union soviétique.

Fait intéressant, l’on trouve depuis quelques semaines, dans la presse britannique, des commentaires sur l’importance de lord Russell. Ainsi, le 10 janvier, le Times a publié un commentaire de Philip Bobbitt, ancien membre du Conseil national de sécurité des Etats-Unis et grand spécialiste américain en stratégie nucléaire. Intitulé «  Pourquoi les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont raison d’attaquer l’Irak  », l’article commence ainsi : «  Dans les années 50, Bertrand Russell proposa d’attaquer l’Union soviétique, pour l’empêcher d’acquérir des armes nucléaires  ». Pour Bobbitt, l’idée de Russell n’était pas applicable dans les circonstances spécifiques des années 50, mais elle le serait tout à fait aujourd’hui pour justifier une guerre préventive anglo-américaine contre l’Irak.

Le 1er septembre dernier, alors que le vice-président américain Dick Cheney promouvait une action préventive contre l’Irak, un certain Robert Matthews analysait dans le Sunday Telegraph les origines de la doctrine de guerre préventive. Rappelant dans ce contexte que «  dans les jours ayant suivi le largage des premières bombes atomiques au Japon en août 1945, Bertrand Russell fit une recommandation sur la façon d’éviter une future guerre nucléaire  », Matthews citait alors les propos de Russell : «  Il y a une chose, et une seule, qui puisse sauver le monde. L’Amérique devrait faire la guerre à la Russie au cours des deux prochaines années, et établir un empire mondial au moyen de la bombe atomique .  »

Contactez-nous !