Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Luis Ignacio Lula défend les biocarburants

La rédaction
visites
660

18 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) - L’impact des biocarburants dans la crise alimentaire est le thème récurrent abordé à la 30e Conférence régionale de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui réunit à Brasilia, jusqu’à aujourd’hui, trente-trois pays d’Amérique latine et des Caraïbes. En effet, suite aux propos du Suisse Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, qui avait qualifié de « crime contre l’humanité » la production massive de biocarburants, le sujet fait débat. Dans ce contexte, le Brésil qui a joué un rôle moteur dans la stratégie de développement des biocarburants, a été mis sur la sellette par la plupart des participants, certains demandant même un moratoire total sur la production de biocarburants.

Mais le président brésilien, Luis Ignacio Lula da Silva, est resté de marbre face à la contestation généralisée, prétendant même que les biocarburants contribuent au progrès des pays pauvres. Lors d’une conférence de presse, mercredi 16 avril, il a récusé la thèse selon laquelle le développement des biocarburants contribue à l’augmentation des prix des matières premières alimentaires. Il a déclaré que la crise alimentaire était le résultat de « distorsions » des marchés, d’un manque d’adéquation entre l’offre et la demande, du protectionnisme et des subventions des pays riches accordées à leurs agriculteurs.

« Rares sont ceux qui mentionnent l’impact négatif de l’augmentation du pétrole sur les coûts de production et qui s’élèvent contre l’impact nocif des subventions et du protectionnisme dans le secteur agricole », a-t-il déclaré, les biocarburants ne sont pas « le vilain qui menace la sécurité alimentaire ». Bien au contraire, les biocarburants peuvent être facteur « d’une transformation économique et sociale » pour les pays pauvres, a-t-il poursuivi, ils génèrent de l’emploi et des salaires ; « c’est un projet dans lequel je place de grands espoirs », et plus particulièrement pour le futur des nations pauvres d’Afrique, d’Asie, d’Amérique centrale et des Caraïbes. Il y a plus de cent pays qui ont « vocation naturelle à produire des biocarburants de façon durable. » Il fit référence à l’ouvrage de Jeffrey Sachs en la matière.

Lula a finalement annoncé qu’afin d’assurer un débat équitable sur cette question, il allait organiser une conférence internationale sur les biocarburants en novembre à Sao Paulo, à laquelle seraient invités des officiels des gouvernements, des scientifiques et des représentants de la société civile de tous les pays intéressés.

Pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter notre Focus : Famines et Epidémies en cliquant ici

Contactez-nous !