Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Lune de miel entre Cheney et Wal-Mart

La rédaction
visites
708
commentaire

Deux des créatures les plus méprisables des Etats-Unis, le vice-président Dick Cheney et la chaîne de supermarchés Wal-Mart, se sont réunies pour faire campagne au siège du géant de la distribution, à Bentonville (Arkansas). Wal-Mart est célèbre outre-Atlantique pour les salaires de misère qu’elle verse à ses employés (souvent des travailleurs clandestins) et ses conditions de travail médiévales. En outre, les prix qu’elle offre aux entreprises pour revendre leurs produits sont si dérisoires que celles-ci se voient obligées de licencier ou de délocaliser, et la vie économique d’innombrables villes a été dévastée par ce géant. L’un des thèmes de la campagne présidentielle de Lyndon LaRouche est de dénoncer ces pratiques. Mais Dick Cheney ne voit pas les choses de cette manière : il pense que « l’épopée de Wal-Mart est exemplaire de certaines des meilleures qualités de notre pays - travail industrieux, esprit d’entreprise, commerce honnête et intégrité ». Grâce à la « vision » de son fondateur, Sam Walton, « à son énergie et à sa sagesse, Wal-Mart est devenue l’une des plus grandes et des plus généreuses sociétés d’Amérique. « Et pour sa contribution à l’Amérique, Sam a été décoré de la médaille présidentielle de la liberté - le plus grand honneur qu’un civil puisse recevoir.

Pour Cheney, Wal-Mart est un « énorme succès économique », un leader dans « le travail d’équipe et la productivité (...) un véritable atout pour les Etats-Unis d’Amérique. (...) Les directeurs et collaborateurs de cette grande compagnie (...) font une contribution vitale à l’économie la plus prospère au monde. » Ironiquement, il estime que Wal-Mart est la preuve du succès de la politique libérale et anti-dirigiste de l’administration Bush.

Le vice-président était accompagné de sa femme Lynne, du gouverneur républicain de l’Arkansas, Mike Huckabee, et des principaux directeurs de Wal-Mart. Selon le gouverneur, la visite de Cheney se voulait une réponse aux attaques du candidat démocrate John Kerry contre Wal-Mart. « C’est la première fois qu’un candidat attaque - en la nommant - une entreprise qui fournit des centaines de milliers d’emplois aux Américains, des produits de haute qualité aux consommateurs de la classe laborieuse et un esprit charitable sans conteste. C’est une attitude élitiste, snob », dit-il.

L’agence Bloomberg notait, dans sa couverture de l’événement, que les donations politiques versées par le comité d’action politique de Wal-Mart et ses employés à des candidats républicains sont quatre fois plus importantes que celles consenties à des démocrates. Ainsi, depuis janvier 2003, 83% des 1,4 million de dollars de dons électoraux étaient destinés à des républicains. Le vice-président de la compagnie, Jay Allan, a été nommé « Pioneer » de Bush en mars, pour avoir levé plus de 100 000 dollars pour la réélection de ce Président, connu comme le plus idiot de l’histoire.

Dans son discours au siège de Wal-Mart, Cheney a également confirmé ce que LaRouche affirme depuis longtemps : ce n’est pas lui qui a le pouvoir, mais bien sa femme, Lynne Cheney. Se trouvant sans doute amusant, le vice-président commença par se féliciter de l’élection de Dwight Eisenhower à la présidence des Etats-Unis, en 1952, car par la suite, Cheney père dut, pour son travail, s’installer à Casper (Wyoming), où Dick rencontra sa future épouse. « Nous avons grandi ensemble, nous étions au lycée ensemble. En août, nous fêterons notre 40ème anniversaire de mariage. J’expliquai à certains, l’autre soir, que si Eisenhower n’avait pas été élu en 1952, je ne serais jamais venu dans le Wyoming et Lynne se serait mariée avec un autre homme. Et elle a ajouté, "Exactement, et cet autre homme serait maintenant vice-président des Etats-Unis". Et je suis sûr que c’est vrai . »

Pour ce qui est de John Kerry, sa position sur Wal-Mart est loin d’être claire, surtout au vu de ses volte-face rapides sur bien des points. Toujours est-il que son conseiller économique Warren Buffet estime, selon USA Today du 3 mai, avoir commis l’une des grandes erreurs de sa carrière en n’ayant pas acheté, il y a plusieurs années, de grosses quantités d’actions de Wal-Mart...

Contactez-nous !

Don rapide