Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Machisme : Au nom d’une femme : la France !

La rédaction
visites
1238
commentaires

Par Christine Bierre

14 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) — C’est en mille morceaux que la statue France s’est écrasée à nos pieds, par suite de l’affaire DSK, provoquant un vacarme tel qu’il arriva jusqu’aux oreilles des plus illustres fondateurs de ce pays, et notamment ceux qui, à travers l’histoire, à travers leurs œuvres, ont contribué à donner à ce pays le nom d’une femme : la France. Parmi eux, Guillaume de Loris et Jean de Meung, François Villon, François Rabelais et beaucoup plus récemment, le grand Charles de Gaulle.

Pourtant, Dieu sait si, suite aux affaires qui ont ponctué l’histoire récente de la France – corruption financière, meurtres non élucidés, corruption des mœurs –, cette statue était déjà bien esquintée ; elle avait perdu depuis longtemps une bonne partie de sa tête, de son cœur et même, de son âme.

L’affaire DSK a été néanmoins la goutte qui a fait déborder le vase : qu’un homme incapable de maîtriser ses pulsions de violence envers les femmes nous ait été promis comme futur président de la République par le Parti socialiste, sans qu’aucun de ses dirigeants ou dirigeantes n’ai rien eu à redire, en dit long sur les mœurs de chacun. A droite aussi, le silence est lourd de culpabilité, et les affaires Tron ainsi que les accusations des élues UMP contre Balkany et autres dirigeants de ce parti, montrent que ces mœurs sont largement partagées.

Depuis, la violence de l’image de DSK derrière les barreaux a fait affluer en foule les souvenirs chez des millions de Françaises qui se sont reconnues dans l’oppression de cette femme de ménage guinéenne, que la forme de l’oppression soit sexuelle, professionnelle ou familiale. Et cette oppression n’est pas uniquement, disons-le, celle de la femme qui a subi des harcèlements, mais aussi celle d’un certain nombre d’entre elles qui, par ambition ou par auto-dépréciation, ont accepté de jouer le jeu. Combien d’Anne Sinclair, femmes de talent, ont été entraînées dans l’abîme, éblouies par la sur-intelligence d’hommes totalement infantiles comme DSK ?

Salies par la vérité, salies ensuite par le grand déballage en cours, notre propos n’est nullement de revenir ici sur les détails scabreux qui s’étalent désormais dans tous les journaux, mais plutôt d’élever. Chacun sait désormais, femmes et hommes, jeunes et vieux, car c’est un problème qui frappe toutes les générations, ce qu’il en est. Beaucoup d’hommes de ce pays, contrairement à toute sa logorrhée sur les droits de l’homme, se comportent en véritables tyrans envers les femmes.

Cette maladie démarre dans la famille, où père et mère transmettent ces comportements aux filles et aux garçons ; ça continue ensuite à la récré et dans les salles de sport, où des garçons mal dans leur peau et peu assurés s’entendent « entre hommes » pour tyranniser et mépriser plus faibles qu’eux, les filles. Cette volonté de puissance se perpétue ensuite tout au long de la vie professionnelle et familiale. La crainte que provoquent les femmes responsables ou créatives se traduit alors par des attitudes qui oscillent entre fantasmes sexuels et comportements agressifs, ce qui est la même chose. Les inégalités sont alors criantes : les salaires des femmes, 20% plus bas que ceux des hommes, les élues à l’Assemblée nationale, 20% sur l’ensemble, sans parler du droit à la parole, enjeu majeur de pouvoir, que les hommes gardent jalousement.

Si ces problèmes ont existé de tous temps, il faut bien admettre que la culture soixante-huitarde, réduisant l’homme à ses instincts les plus basiques de recherche du plaisir et fuite de la douleur, a fortement aggravé cette tendance.

Une autre conception de la femme a cependant souvent animé l’histoire de France et doit devenir désormais notre source d’inspiration. A l’extrême opposé de la conception bestiale d’un Dominique de Villepin, disant à Franz-Olivier Giesbert que la France « a envie qu’on la prenne, [car] ça lui démange dans le bassin », il y a cette conception magnifique exprimée par de Gaulle dans son appel aux enfants de France, depuis Londres, le soir de Noël 1941 : « Quel bonheur, mes enfants, de vous parler, ce soir de Noël. Oh, je sais que tout n’est pas gai, aujourd’hui, pour les enfants de France. Mais je veux, cependant, vous dire des choses de fierté, de gloire, d’espérance. Il y avait, une fois, la France. Les nations, vous savez, sont comme des dames plus ou moins belles, bonnes et braves. Eh bien, parmi mesdames les nations, aucune n’a jamais été plus belle, meilleure ni plus brave que notre dame la France. »

De Gaulle conclut son discours en identifiant la France à cet autre nom de femme qui doit aussi nous guider aujourd’hui dans le combat que nous menons contre l’oligarchie financière qui détruit tout : « Eh bien moi, je vais vous faire une promesse, une promesse de Noël. Chers enfants de France, vous recevrez, bientôt, une visite, la visite de la Victoire. Ah ! Comme elle sera belle ! Vous verrez. »

Cette idée de la femme, on la retrouve aussi dans ce magnifique Roman de la Rose de Guillaume de Loris et de Jean de Meung, car la Rose n’est pas uniquement celle qu’on effeuille, la Rose fanée ; elle est aussi l’image d’une beauté intérieure qui rayonne à l’extérieur et que protègent ses épines, comme la France fut protégée par Jeanne d’Arc, son armure et son épée. Songeons aussi à la Ballade de la Belle Heaumière, où François Villon nous plonge dans l’amertume de cette belle courtisane qui, confrontée aux ravages implacables du temps sur son corps et sa beauté, découvre la futilité des plaisirs fugaces.

On entrevoit alors quelque chose qui est de l’ordre de l’immortalité. Et cette immortalité n’est pas celle de l’au-delà ! Elle est celle de cette grande dame, la France, née dans l’esprit des réformes de Charlemagne voici plus de mille ans, celle des millions de Français qui ont, avec amour et intelligence, façonné la terre, bâti les ouvrages de la nature, scruté l’univers physique avec leurs instruments et parsemé le territoire d’œuvres de beauté.

Y a-t-il des hommes et des femmes, aujourd’hui, pour poursuivre cette œuvre ? Voici la question douloureuse que pose à toute cette affaire DSK.

Voir les 12 commentaires

  • Mézaparsa • 16/07/2011 - 10:07

    C. Bierre nous avait habitué à beaucoup plus de subtilité dans ses analyses. Une telle crise de misandrie est inacceptable. L’auteure parle de la part des hommes de pulsions de violence envers les femmes (c’est nouveau), d’oppression sexuelle, professionnelle et familiale toute génération confondue (vive le progrès !), confiscation du droit à la parole (cf Royal, Aubry, Lagarde, Thatcher, Clinton, Albreight, Ghandi, etc et sans oublier Anne Sinclair bien sûr). Et si les femmes ont parfois quelques défauts, c’est qu’elles ont été contraintes (ben voyons !).

    La réalité en France est la suivante (version courte) : les femmes vivent 7 à 8 ans de plus que les hommes. Elles sont majoritaires électoralement. Elles possèdent plus de la moitié du patrimoine. Elles ont la mainmise sur l’éducation et l’instruction des enfants, au moins jusqu’à l’adolescence. Et elles ont des pulsions comme tout être vivant.

    Le tout est de savoir les gérer, et parfois les « sublimer » de façon positive. Quant considérer que le genre du nom de notre pays doit déterminer ce qu’il doit être ...

    • Boulette • 16/07/2011 - 17:26

      Mais à part çà, vous me paraissez manquer de poésie !

    • petite souris • 16/07/2011 - 20:55

      Le tout est de savoir les gérer, et parfois les « sublimer » de façon positive

      c’est à dire :
      * que leurs salaires sont toujours 20à 30% moins élevés que ceux des hommes
      * que les femmes seules avec enfants ont choisi d’être abandonnées et que les pères, tous responsables, envoient spontanément des pensions alimentaires décentes sans rechigner....
      * que les emplois précaires et mal payés leur sont réservés en priorité !!!!
      * qu’elles ne subissent jamais de pression du fait de leur sexe de la part de leur employeur, dans les lieux publics ou du fait des hommes de la famille ( c’est bien connu l’inceste vient de la provocation des petites filles....)
      * que les femmes âgées sont toujours prises en charge par leur belles-filles....et qu’elles ne meurent jamais seules !!!!

      c’est ce que vous appeler "savoir gérer" les femmes et les sublimer !!!!

      Merci bien !

    • Mézaparsa • 17/07/2011 - 11:41

      La phrase en question se rapporte non pas aux femmes mais aux pulsions.

    Répondre à ce message

  • Mézaparsa • 16/07/2011 - 10:14

    Dans ma liste des femmes en vue, forcément incomplète, je souhaiterais quand même ajouter M. Le Pen ...

    Répondre à ce message

  • UN chouka • 15/07/2011 - 19:02

    C’est un tres beau texte,mais je ne suis pas sur que cela changera le cours des relations "humaines" :-)
    Pis encore, dans les pèriodes difficle ,peut ’on voir la violence s’éclater sans retenue,peut etre ?
    Bye.

    Répondre à ce message

  • EDITH • 15/07/2011 - 13:52

    Dans les années 1970 il y avait déjà les ballets roses,n’oublions pas non plus les rois et leurs maîtresses ,donc tout cela n’est pas nouveau.Quant au feminisme intègriste il m’a dégoutè c’était génèralement des petites frustrées qui une fois casées reproduisaient le même atavisme,que leurs parents ,avec leurs enfants !
    Toutes les classes sont touchées,mais le plus drôle c’est de voir toutes ces femmes de pouvoir,comme tatcher,lagarde ou elisabeth badinter,qui ne défendent que les femmes de leur classe parce qu’elles ressemblent aux hommes.Une seule est restée intègre c’est gisèle HALIMI qui est une femme de bien.
    Sur google ,tapez "interview des enfants de pierre roche" édifiant toutes les classes sont touchées .Je croyais que Sarko avait remis le sport au goût du jour pour les occuper mais le sport en chambre c’est sportif disent ils !!!

    Répondre à ce message

  • petite souris • 15/07/2011 - 10:09

    Merci Christine !
    Parfait ! et remarquablement pensé et écrit !
    Merci Christine ! Pour la France
    Merci Christine ! Pour les femmes

    Maintenant, j’entends la France me répondre. Au fond de l’abîme, elle se révèle, elle marche, elle gravit la pente. Ah ! mère, tels que nous sommes, nous voici pour vous servir.
    Charles de Gaulle
    oui ! on dirait du Péguy ....

    puis toujours du même Charles :
    Je ne vais pas voir les Bretons pour leur parler de la Bretagne. Je vais voir les Bretons pour leur parler de ... la France !

    Répondre à ce message

  • alain • 14/07/2011 - 23:20

    Oui, elle est belle la France je ne la reconnais plus,regardez
    qui vous avez comme première dame du pays une p..... on est
    loin de Yvonne ou Bernadette.
    merci

    Répondre à ce message

  • Xavier ELBEL • 14/07/2011 - 19:30

    Merci Christine,
    enfin des remarques constructives, qui rappellent la vraie place de certains évènements et le comportement de nos femmes et hommes politiques soumis à l’immédiat et à la passion, au lieu de vouloir entrainer leurs concitoyens vers un avenir et un idéal.

    • Pic et Puce • 14/07/2011 - 21:15

      Cela en dit long sur la moralité de ceux pour lesquels travaillent nos pantins politiques de gauche comme de droite. L’idéal a disparu parce que ces détenteurs du pouvoirs n’ont que l’ambition de leur pouvoir personnel. Après eux le déluge...

    Répondre à ce message

  • Mbella serge • 14/07/2011 - 21:01

    J’ai beaucoup de problèmes avec le manque de prudence de ce texte. Pour le moment l’affaire DSK n’est pas terminée et on ne peut rien conclure. Je trouve cela mal placé de conclure en jouant sur le sensationnel. Ne serait ce que pour une intégrité intellectuelle, il faut être prudent jusqu’à la fin.

    Maintenant, il est clair que l’homme DSK en tant qu’époux est déplorable. Mais est ce que cela fait des français des brimeurs de femmes ? Je n’entrerai pas dans cette généralité car cela est pour ma part, tirer sur les ficelles.
    Au contraire, j’ai fait la France et ce que j’ai vu est d’une autre envergure. Aujourd’hui, le mariage est une valeur qui est en totale décroissance sociale, les garcons et les filles sont de plus en plus libertins et les filles comme les hommes aiment se prêter de plus en plus à des jeux sexuels dangereux.
    Cela est la vraie maladie de la France et non l’oppression feminine.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide