Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Mahathir appelle à un nouvel ordre du jour asiatique

La rédaction
visites
742

Dans son discours sur un « Programme pour une nouvelle Asie », prononcé le 28 octobre à Hong Kong, le Premier ministre malaisien Mahathir bin Mohamad a appelé les nations asiatiques à s’unir derrière de nouvelles institutions économiques pour faire front à la crise globale actuelle.

C’est la première fois dans un forum public que Mahathir soutient spécifiquement la création d’une Association asiatique pour le développement, estimant qu’un Fonds monétaire asiatique serait « utile ». Passant en revue les conditions « lamentables » dans lesquelles se sont trouvés la plupart des pays asiatiques après la débâcle financière de 1997-1998, Mahathir a affirmé que les « nations les plus développées d’Asie devraient investir et aider les moins développées », grâce à ces institutions. Une association pour le développement « devrait être créée afin de permettre aux pays de toute l’Asie d’interagir, de discuter des problèmes communs et de coopérer là où c’est nécessaire ». A l’heure actuelle, on assiste à un débat crucial pour savoir si l’Initiative de Chiang Mai pourrait permettre une étroite coordination financière entre les nations de l’ASEAN-plus-trois, dans le cas d’une nouvelle crise.

Concernant l’élection présidentielle américaine, Mahathir a clairement laissé entendre le 3 novembre qu’il n’entretient pas les mêmes illusions que certains de ses homologues asiatiques sur une éventuelle présidence Al Gore : « Nous connaissons Gore - c’est le seul homme qui puisse se rendre dans un pays et dire aux gens de se révolter contre leur gouvernement... et ce devant ce gouvernement », déclara-t-il, rappelant le scandaleux discours de Gore à Kuala Lumpur au sommet de l’APEC en 1998. « S’il devient président, j’en serai désolé. Il serait difficile pour nous d’avoir de bonnes relations » avec les Etats-Unis.

Contactez-nous !