Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Mahathir s’explique

La rédaction
visites
910
commentaire

Dans le journal japonais Mainichi Shimbun daté du 2 août, le Premier Ministre de Malaisie, le Dr Mahathir profite de la rubrique mensuelle qui lui est réservée pour s’expliquer sur sa politique de contrôle des mouvements de change et de capitaux mise en place le 1er septembre 1998.

Plus personne actuellement, même au FMI ou dans d’autres « institutions financières internationales », ne songe à contester que ces mesures aient été un succès. Mahathir écrit :

« Le contrôle sur les monnaies imposé par la Malaisie n’est généralement pas bien compris par la communauté financière internationale. Leurs critiques sont pour cette raison plus une analyse sortie des manuels qu’une étude adéquate de ce que la Malaisie a fait. (...)

« L’économie et les finances malaises étaient tout à fait saines avant l’attaque de juillet 1997 contre le Ringgit. Nous avions des réserves et très peu de dettes extérieures, qu’elles soient gouvernementales ou privées. Il n’y avait vraiment pas de raison pour que notre monnaie faiblisse. Mais les spéculateurs en devises, dans leur quête de gros profits, ont emprunté du Ringgit et l’ont vendu sans relâche, le forçant à dévaluer de beaucoup. (...)

« L’économie du pays se serait complètement effondrée si la monnaie avait continué à se déprécier et si la valeurs des titres était restée basse. Pour éviter une telle issue, le gouvernement se devait de regagner le contrôle du taux de change du Ringgit et d’empêcher le CLOB (c’est à partir du "Central limit order book", basé à Singapour, que les Ringgits expatriés étaient utilisés pour toutes sortes de transations financières) de détruire le marché boursier de Malaisie plus avant. Pour stopper la fuite monétaire, le gouvernement a décrété que si d’ici un mois les Ringgits offshore sous quelle que forme que ce soit n’étaient pas rapatriés vers la Malaisie, ils ne seraient plus du tout autorisés à revenir. Cela enlevait effectivement toute valeur au Ringgit offshore après un mois. Les Ringgits offshore ont ainsi été forcés de revenir dans le mois suivant, ne laissant plus rien aux spéculateurs pour emprunter ou manipuler ».

Après avoir donné plus de détails sur la façon dont le contrôle des changes a aidé l’économie malaise à se protéger des attaques spéculatives et à amorcer une reprise, Mahathir ajoute : « Aujourd’hui, l’économie de la Malaisie se développe à nouveau. Nous croyons que cela est dû aux contrôles que nous avons imposés ».

Il précise que, par ailleurs, en septembre 1998, les spéculateurs internationaux sur les devises ont connu un revers majeur lors de la quasi-banqueroute du hedge fund LTCM, « menaçant de déstabiliser le système financier des pays riches » ;.

Contactez-nous !

Don rapide