Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Manipulation de bilan à grande échelle

La rédaction
visites
893

Le responsable de la Securities and Exchange Commission (SEC), Arthur Levitt, n’a pas la réputation d’être un fanatique de la régulation, mais il semble néanmoins s’inquiéter sérieusement des manipulations de bilan massives pratiquées par les managers des compagnies américaines afin de doper leur valeur actionnariale ("share holder value").

Les profits sont grandement surévalués par des manipulations de bilan, ce qui fait monter le cours du titre de l’entreprise. Levitt a évoqué les « tours de passe-passe comptable » d’une bonne partie des entreprises américaines dans leur pratique quotidienne. Le magazine Fortune du 3 août a largement couvert la question dans un long article intitulé « mensonges, sacrés mensonges, et profits de circonstances ».

L’auteur note que la présentation de faux bilans afin de plaire aux analystes de bourse est devenue tellement courante que de nombreux managers la considèrent comme partie intégrante de leurs droits fondamentaux. Il évoque « l’éruption de fraudes comptables », laissant à penser que « derrière la marche forcée et inconsidérée des entreprises américaines vers le profit durant cette dernière décade se cache une grande quantité de résidus comptables qui attendent d"être découverts ».

L’affaire récente de la Bankers Trust, une banque qui a dû plaider coupable et accepter de payer une amende de 63 millions de dollars pour falsification des profits n’est que le sommet de l’iceberg. L’une des nombreuses méthodes de falsification des livres comptables en vue de « répondre aux attentes de Wall Street » consiste, selon Fortune, à exagérer le plus possible ce qu’il est convenu d’appeler les coûts de restructuration, des coûts qui sont provisionnés une année donnée en rapport avec une opération de restructuration, et qui constituent de fait un réservoir d’argent frais qui peut être réintégré une ou deux années plus tard afin de doper les profits.

La SEC a découvert par exemple un cas où, sous la rubrique « coûts de restructuration », on trouvait des « dépenses pour la formation de personnels non encore embauchés ». Quelques 150 entreprises sont actuellement sous enquête pour avoir trafiqué leurs comptes de restructuration.

Le 3 août, la SEC a entamé des poursuites contre 82 individus impliqués dans un autre type de fraude : le « pump and pump » (littéralement « pomper et pomper »). Les cours des titres d’entreprises nouvellement cotées en bourse sont poussés à la hausse par la diffusion d’informations fausses jusqu’au jour où les managers vendent leurs titres à un investisseur de bonne foi. Peu après, le prix des actions s’effondre à un cinquième ou moins de son niveau initial. D’après la SEC, nombreux sont les avocats et experts comptables aussi bien que les agents de courtage, qui sont complices de telles fraudes.

Contactez-nous !