Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Mario Margiocco : F.D. Roosevelt n’était pas keynésien

La rédaction
visites
882
commentaire

5 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité)– Mario Margiocco, historien et chroniqueur régulier pour le quotidien financier italien Il Sole 24 Ore, rejette l’appel de Paul Krugman à plus de stimulus keynésien « afin de ne pas répéter les erreurs de Franklin D. Roosevelt en 1937 », exprimant ainsi l’opinion couramment acceptée selon laquelle Franklin Roosevelt était keynésien. L’opinion populaire « veut que Franklin Roosevelt, en entrant à la Maison blanche en mars 1933, a appliqué la recette keynésienne de dépenses publiques illimitées et, à la fin seulement (cela a pris quelques années), l’économie a repris ».

« La vulgate n’a pas connaissance – explique Margiocco – que John Maynard Keynes a essayé, en vain, de convaincre Roosevelt de dépenser pour de bon. Il l’a tenté dans une lettre ouverte restée fameuse, fin 1933, et au cours d’une visite à l’été 1934. ‘J’ai rencontré votre ami Keynes. Il m’a laissé une soupe pleine de chiffres’, dit le Président à son ministre du Travail, Mme Frances Perkins, qui avait organisé la rencontre. ‘Il doit être plutôt un mathématicien qu’un expert en économie politique.’ Keynes, de son côté, a confessé qu’il ‘avait pensé que le Président soit davantage cultivé en matière d’économie’. »

Le New Deal de Roosevelt a créé des emplois pour 8,5 millions d’américains, en dépensant pas beaucoup plus que 500 milliards de dollars courants, écrit Margiocco : « Ce n’est rien, si vous pensez à la Loi de reprise d’Obama approuvée en février, qui s’élève à 787 milliards de dollars. Si vous ajoutez les 150 milliards de dollars décidés l’année précédente par George Bush, vous arrivez presque au double de Roosevelt, rien qu’avec ces deux programmes. »

{}


Article : le plan LaRouche pour sauver l’économie mondiale

Dossier : Keynes, le serviteur de l’Empire britannique


Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 août le monde
en devenir

Don rapide