Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Martin Luther King Day today : « Rester éveillé au sein d’une grande révolution » !

La rédaction
visites
1977

17 janvier 2011 (Nouvelle Solidarité) — Les Etats-Unis fêtent aujourd’hui le Martin Luther King Day, comme chaque 3e lundi de janvier, pour célébrer la naissance de ce géant dont l’oeuvre et l’esprit restent parmi nous. Quelques jours après la révolution tunisienne et face aux conditions révolutionnaires créées partout dans le monde par la crise financière, nous publions un extrait de son discours du 31 mars 1968, cinq jours avant son assassinat, « Rester éveillé au sein d’une grande révolution », un appel aux citoyens en temps de crise et de changement :

« C’est toujours une expérience forte et enrichissante que d’effectuer un court arrêt, à l’écart des demandes quotidiennes et de la lutte pour la liberté et la dignité humaines, afin de discuter des enjeux du combat en compagnie d’amis de bonne volonté venant de la nation tout entière Et c’est sans aucun doute une expérience profonde et pleine de sens que de participer à un service religieux. Pour toutes ces raisons, je suis heureux d’être ici aujourd’hui.

« Ma prédication aimerait traiter du sujet suivant : "Rester éveillé au sein d’une grande révolution." Le texte de ce matin se trouve dans le livre de l’Apocalypse, dont je citerai deux passages, au chapitre 16 : "Voici, je fais toutes choses nouvelles ; le monde ancien a disparu."

« Je suis sûr que la plupart d’entre vous avez lu cette petite histoire saisissante due à la plume de Washington Irving et intitulée Rip van Winkle. Un élément dont on se souvient habituellement à ce sujet, c’est que Rip van Winkle dormit vingt ans. Mais il y a un autre point dans cette petite histoire qui passe presque totalement inaperçu. C’est l’enseigne, à la fin, à partir de laquelle Rip gravit la montagne pour son long sommeil.

« Lorsque Rip Van Winkle gravit les montagnes, l’enseigne était un portrait du roi Georges III d’Angleterre. Quand il redescendit vingt ans plus tard, l’enseigne était un portrait de George Washington, premier président des Etats-Unis. Et, le regardant, il fut surpris et complètement perdu. Il ne savait pas qui c’était.

« Et cela nous révèle que l’élément le plus intéressant de l’histoire de Rip Van Winkle ne tient pas à son sommeil de vingt ans, mais au fait qu’il a dormi pendant une révolution. Pendant qu’il ronflait paisiblement dans la montagne, se déroulait une révolution qui allait changer le cours de l’histoire – et Rip Van Winkle n’en savait rien. Il s’était endormi. Oui, il dormit comme une souche pendant une révolution. Et l’une des grandes responsabilités de l’existence tient au fait que trop de gens vivent des périodes de grands changements sociaux sans parvenir à développer de nouvelles attitudes à réfléchir et à offrir de nouvelles réponses exigées par des situations inédites. Ils finissent par s’endormir au milieu d’une révolution.

« C’est un fait indéniable qu’une grande révolution se déroule dans notre monde contemporain. En un sens, elle est triple : révolution de la technologie, avec l’impact de l’automation et de la cybernétique ; révolution de l’armement, avec l’émergence des armes atomiques et nucléaires ; et révolution des droits de l’homme, avec l’explosion de liberté sur l’ensemble de la planète. Oui, nous vivons une période où des changements se produisent. Or, traversant les temps, une voix se fait entendre et dit : "Regarde, Je fais toutes choses nouvelles ; le monde ancien a disparu." (…) »

Martin Luther King consacre une bonne partie de ce discours à la guerre du Vietnam, qu’il dénonce inlassablement comme pouvant « conduire le monde entier à une destruction nucléaire ». Surtout, Martin Luther King évoque dans ce passage quelles sont les qualités requises à un véritable dirigeant.

« Un jour, un journaliste vint me voir : "Dr King, ne pensez-vous pas que maintenant vous devriez arrêter de vous opposer à cette guerre et vous aligner sur la position de l’administration fédérale ? Si je comprends bien, cela cause du tort au budget de votre organisation et les gens qui autrefois vous respectaient ne le font plus. Ne pensez-vous pas réellement que vous devriez revoir votre position ?" Je le regardai en déclarant : "Désolé, Monsieur, mais vous ne me connaissez pas. Je ne suis pas un dirigeant de consensus. Je ne fixe pas mes priorités en fonction du budget de la Conférence des dirigeants chrétiens du Sud. Je n’ai pas effectué de sondage pour évaluer l’opinion majoritaire." Un véritable dirigeant, en définitive, n’est pas un quémandeur, mais un modeleur de consensus.

« Sur certains sujets, la lâcheté interroge : "Est-ce bien indiqué ? " Et elle enchaîne : "Est-ce politiquement utile ?" Puis la vanité : "Est-ce populaire ?" La conscience pose la question suivante : "Est-ce juste ?"

« Vient un temps où l’on doit prendre une position, qui n’est ni sans danger, ni politique, ni populaire, mais on la prend parce que la conscience vous la dicte. »


Lire aussi :


Contactez-nous !