Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Mauvais temps pour les malthusiens ! La production de riz explose en Afrique

La rédaction
visites
1896

8 août 2009 (Nouvelle Solidarité) – Le Africa Rice Center de Cotonou au Bénin rapporte que, après la hausse brutale du prix des denrées alimentaires qui a provoqué des émeutes dans plusieurs villes au début 2008, plusieurs pays membres de l’African Rice Center, un organisme inter-gouvernemental fédérant vingt-trois pays africains producteur de riz, ont réussi, grâce à des politiques de soutien public, à accroître de 18% en moyenne la production du riz en 2008 par rapport à 2007.

L’appel de Mme Helga Zepp-LaRouche à doubler la production alimentaire mondiale à cette époque avait également contribué à catalyser les énergies pour « dé-mondialiser » la production agro-alimentaire en revenant aux méthodes économiques dirigistes qui ont fait leurs preuves depuis la politique du ministre de l’agriculture de Franklin D. Roosevelt, Henry Wallace, transposée dans l’après-guerre à travers la « Révolution verte » au Mexique et en Inde, et intégrées dans les principes fondateurs de la politique agricole commune (PAC) en Europe.

Le Burkina Faso, un pays durement frappé par les émeutes alimentaires, rapporte une hausse de 241% de sa production de riz en 2008 par rapport à 2007. Pour la FAO, ce sont les politiques de soutien public qui ont permis ce retournement de situation, notamment en assurant l’accès aux intrants et aux semences de haut rendement, y compris des nouvelles variétés développées par l’Africa Rice Center.

Le Sénégal, huitième importateur mondial de riz, a également accru sa production de 90% en 2008 grâce à une initiative présidentielle qui a mis en place un système de distribution permettant aux producteurs de riz un accès facile aux intrants, aux semences de bonne qualité et aux engrais. D’autres pays producteur rapportent également des taux de croissance à deux chiffres de leur production, notamment le Mali, le Bénin, le Nigeria, le Ghana, la Cote d’Ivoire, la Guinée et l’Ouganda.

A Paris, un spécialiste nous confiait que ces chiffres nécessitent confirmation car une telle hausse de la production aurait du provoquer une baisse des prix, ce qui n’a pas eu lieu pour l’instant. Cependant, disait-il, la réalité d’une hausse massive de la production est indéniable. Les gouvernements africains, suite aux émeutes, y ont « mis le paquet ». Ils ont entrepris d’énormes efforts pour inciter les paysans à produire en leur fournissant les outils adéquats. Même si cela ne plaisait pas tellement au FMI et à la Banque mondiale, les Etats ont dépensé sur leurs fonds propres y compris en creusant les déficits. Si d’autres ont le droit de provoquer des déficits pour sauver leurs spéculateurs, pourquoi les pays africains n’auraient-ils pas le droit d’en faire autant pour se nourrir ? Pourtant, subventionner l’agriculture est toujours considéré par Washington comme un crime, disait-il. Les fondations charitables, tel que la Fondation Bill et Melinda Gates ou George Soros, qui arrosent l’Afrique de quelques bourses pour former des généticiens, ne sont nullement à l’origine du miracle actuel.

A Cotonou, une étude de l’African Rice Center démontre qu’en principe l’Afrique peut devenir un exportateur net de riz. En augmentant de 15% les surfaces cultivées et en améliorant les rendements encore bas, l’Afrique pourra offrir 5 millions de tonnes sur les marchés internationaux. Le Centre lance également un appel aux gouvernements à améliorer l’aménagement des ressources en eau pour augmenter la productivité du riz. D’après la FAO, l’Afrique n’utilise que quatre pourcent de ses ressources en eau renouvelable. L’irrigation pourrait multiplier trois à quatre fois la productivité actuelle obtenue grâce à une bonne pluviométrie.

Le développement des routes et des sites de stockage pourrait également réduire les pertes post-récolte actuellement de l’ordre 40 à 60%. Des subventions ciblées vers des innovations technologiques seront également cruciales dans la valorisation réaliser du potentiel agricole du continent. Les rendements actuels de la production rizicole ne sont que d’un tiers de ce qu’ils pourraient être si toutes les technologies qui y étaient appliquées.

Vidéo :
— L’avenir du monde est en Afrique
— L’agriculture avec les yeux du futur

Article :
— De Henry Wallace à la Révolution verte : la science de nourrir l’humanité

Contactez-nous !