Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Maxim Ghilan s’entretient avec l’EIR

La rédaction
visites
677

L’édition du 4 juin de l’Executive Intelligence Review publie un entretien avec Maxim Ghilan, l’éditeur de I&P, The Israel and Palestine Strategic Update, au cours duquel il soulève le danger que l’establishment militaire israélien représente pour la paix mondiale. Fort de sa longue expérience, ce journaliste et écrivain, combattant pour la paix de la première heure, offre une analyse fascinante et lucide.

« Les versions actuelles du plan de Sharon, approuvées à Washington par le vice-président Cheney et le président Bush, ont été taillées sur mesure pour Sharon par les hauts gradés de l’armée israélienne, l’état-major. Ces éléments commandent, en fait, non seulement l’armée mais tout l’Etat d’Israël. (...) Ariel Sharon n’a jamais changé et ne changera jamais. Il veut un "grand Israël".

« Deuxièmement, d’après ma compréhension de la situation, il y a aux Etats-Unis (...) deux éléments opposés : la société d’affaires conventionnelle, conservatrice, et les néo-fascistes au sein de l’armée américaine et du « capitalisme « de ce pays. Malheureusement, ces néo-fascistes détiennent actuellement le pouvoir ou, du moins, exercent une influence décisive sur les dirigeants de l’administration actuelle. Ils sont aidés et soutenus en cela par les fondamentalistes chrétiens. (...)

« Troisièmement, au sein de l’état-major [israélien], vous avez deux éléments. (...) Le premier, ce sont les officiers de l’armée professionnelle qui ne sont pas complètement aveuglés par le pouvoir, ils sont arrogants mais pensent en termes du futur. Puis vous avez les fanatiques, les fous de guerre, des idéalistes nationalistes qui craignent une deuxième Shoah ou un génocide juif. C’est sans doute le groupe d’hommes le plus dangereux sur terre en ce moment. Pourquoi ? Il y a d’autres pays qui sont plus grands, plus prospères, plus puissants sur le plan militaire et dotés d’armes de destruction massive, (...) mais nulle part sur la terre, on ne trouve des dirigeants et des généraux qui soient à la fois extrêmement sophistiqués et possèdent d’énormes quantités d’instruments de destruction massive, des hommes qui sont vraiment des nationalistes fanatiques, extrémistes. »

Maxim Ghilan était parmi les premiers Israéliens à ouvrir un dialogue avec l’Organisation de libération de la Palestine. Parce qu’il soutenait un Etat palestinien aux côtés d’Israël et en raison de son rôle actif dans le processus de paix, il dut vivre hors d’Israël durant 23 ans, période pendant laquelle il fit fonction de « pont vivant » entre le camp de la paix israélien et la direction de l’OLP, notamment avec Yasser Arafat. Ghilan put retourner dans son pays après la signature des accords d’Oslo.

Contactez-nous !