Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

McCain flirte avec les néoconservateurs

La rédaction
visites
910
commentaire

16 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) – Attendre la fin des mandats de George Bush pour voir s’éloigner le spectre de la guerre ? Beau rêve, mais pas réaliste. La preuve : les néoconservateurs, ceux qui ont influencé la plus grande partie de la politique étrangère du futur ex-Président des Etats-Unis, rôdent aujourd’hui autour de John McCain, le nouveau candidat républicain.

C’est le New York Times du 10 avril qui donne quelques noms de ces conseillers en politique étrangère :« Robert Kagan, un auteur qui a aidé à écrire la plus grande partie du discours de politique étrangère que McCain a délivré à Los Angeles le 26 mars, dans lequel il se décrivait comme un “idéaliste réaliste”. On en trouve d’autres comme l’analyste en sécurité Max Boot et l’ancien ambassadeur aux Nation unies, John R. Bolton. »

Sans oublier « l’assistant du responsable en politique étrangère de McCain, Randy Scheunemann, qui était l’un des conseillers en politique étrangère des anciens sénateurs Trent Lott et Bob Dole et qui a des liens de longue date avec les néoconservateurs. En 2002, M. Scheunemann était l’un des fondateurs du belliqueux Comité pour la libération de l’Irak et l’un des promoteurs enthousiastes de l’exilé irakien et favori du Pentagone, Ahmad Chalabi. »

Daniel Vernet, dans Le Monde du 13 avril, rappelle que McCain avait soutenu la politique américaine d’intervention dans les Balkans. Il avait notamment déclaré en 1999 : « Je pense que les Etats-Unis devraient inaugurer une interprétation adaptée au XXIe siècle de la doctrine Reagan — appelons-là refoulement des Etats voyous —, par laquelle nous soutiendrions politiquement et matériellement les forces indigènes à l’intérieur et à l’extérieur de ces Etats voyous, afin de renverser les régimes constituant une menace pour nos intérêts et nos valeurs. »

Les faucons qui ont conduit les Etats-Unis en Afghanistan et en Irak sont donc toujours là, conseillant McCain pour une « ligne dure » envers la Russie et l’Iran et susceptibles de lancer une nouvelle guerre pour l’Empire britannique.

Aidez nous à éviter celà : Tibet, Zimbabwe, Moyen-Orient... :
Stoppons la stratégie de tension de l’Empire britannique

Contactez-nous !

Don rapide