Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Menaces terroristes et nouvelle internationale fasciste

La rédaction
visites
1026

Comme nous l’avons rapporté la semaine passée, Lyndon LaRouche a averti que les forces « synarchistes » contrôlant la « junte » de Dick Cheney aux Etats-Unis seraient peut-être en train de préparer une réédition des attaques du 11 septembre 2001, afin de mettre en application des mesures d’urgence dans le contexte de l’aggravation de la crise économique et de la dégradation de la crise stratégique au Moyen-Orient, en Asie et ailleurs. LaRouche indique qu’il existe deux réseaux pouvant être utilisés pour mener une attaque terroriste d’envergure contre les Etats-Unis : les réseaux associés à Rafi Eitan, agent de renseignement lié à Sharon et connu pour ses aptitudes à mener des opérations sales, et les réseaux de renseignement contrôlés par la synarchie, spécialisés dans des « opérations spéciales » et qui dirigent une nouvelle « internationale fasciste » récemment reconstituée en Europe et en Amérique ibérique. Ces derniers pourraient mener des attaques terroristes au sein même des Etats-Unis par l’activation de réseaux hispaniques ou hispano-américains. Pour donner une idée de ce que ce type de réseaux est capable d’accomplir, rappelons l’attentat de la gare de Bologne en 1982, tuant 82 personnes, perpétré par des terroristes néonazis dans le cadre de l’opération « stay behind » Gladio en Italie et dénoncée en 1991 par l’ancien Premier ministre italien Gulio Andreotti.

Cette nouvelle « internationale fasciste » reconstituée a été inaugurée lors d’une réunion qui s’est tenue à Madrid les 16 et 17 novembre2002. Parmi les participants, on peut mentionner la Forza Nuova (Italie), le Front National de Le Pen (France), le NPD (Allemagne), le groupe British Final Conflict-Third Position (Angleterre), le Partido Popular por la Reconstruccio ou PRR (Argentine) dirigé par Gustavo Breide, et le groupe Fuerza Nueva (Espagne) dirigé par Blas Pinar. Le 26 janvier 2003, le groupe de Blas Pinar s’est joint aux Phalanges espagnoles pour former le Frente Espanol. La plupart des organisations fascistes européennes et ibéro-américaines mentionnées ci-dessus étaient également présentes à cette réunion, qui a attiré plus de 3000 participants.

La nature de cette nouvelle internationale fasciste apparaît plus clairement lorsqu’on s’intéresse de plus près à Forza Nuova et à son leader, Roberto Fiore. Après l’attentat à la bombe contre la gare de Bologne en 1982, Fiore s’est réfugié à Londres où il a vécu pendant de nombreuses années, bénéficiant de toute évidence d’une protection politique. Lors du procès sur l’attentat de Bologne, il fut établi que Giusva Fioravanti et Francesca Mambro, du groupe terroriste fasciste Nuclei Armati Rivoluzionari (NAR), en étaient les auteurs. Fiore était la figure de proue de Terza Posizione, qui agissait comme le bras politique des NAR. La cour a également établi qu’une faction du renseignement militaire italien, contrôlée par la loge franc-maçonne secrète P2, avait organisé une couverture pour les terroristes des NAR dans l’attentat de Bologne. Le terrorisme des NAR était un élément essentiel de la « stratégie de la tension » lancée en 1969 avec l’attentat à la bombe perpétré à la Piazza Fontana (Milan). Cette stratégie était en effet menée par les réseaux « stay behind » Gladio et les organisations Rosa dei Venti.

Depuis Londres, Fiore a fondé Forza Nuova et fait parvenir de l’argent pour la défense légale de ses associés fascistes ainsi que pour les activités de Forza Nuova en Italie. Selon les médias outre-Manche, Fiore aurait été protégé et financé par le renseignement britannique. Les autorités italiennes ont déposé plusieurs requêtes d’extradition de Fiore qui ont toutes été rejetées par le Foreign Office. Finalement, le délai de prescription étant venu à échéance, Fiore a pu rentrer en Italie.

La « différence » entre les organisations néofascistes séculaires et Forza Nuova, c’est que cette dernière met l’accent sur la défense des « traditions chrétiennes », renforçant ses liens avec les cercles « intégristes » catholiques, promouvant des idées que l’on retrouve souvent dans les organisations anti-avortement, prônant une croisade contre l’Islam et s’attaquant aussi à l’« impérialisme ploutocrate ». Ce sont exactement les caractéristiques de la nouvelle « internationale fasciste » fondée à Madrid il y a six mois.

Contactez-nous !