Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Mexique : c’est LaRouche contre Soros

La rédaction
visites
1350
commentaire

15 avril 2009 (Nouvelle Solidarité) – La bataille fait rage au Mexique entre le lobby pro-drogue de George Soros et le mouvement de jeunes de LaRouche (LYM) mexicain, alors que la violence des cartels crée un état de terreur dans la population et les institutions [1] : la Chambre des députés vient de céder aux pressions en organisant trois jours de débat sur la légalisation de la marijuana, qui signifierait la capitulation de la république mexicaine face au lobby financiaro-criminel de la drogue.

Cette semaine, le parlement mexicain donne donc la parole à de nombreux « experts », à commencer par le lieutenant de Soros pour la drogue, Ethan Nadelmann, président de l’ONG sorossienne Drug Policy Alliance, ainsi que des représentants de la fondation britannique Beckley, présidée par Lady Neidpath. Et ce débat officiel ouvre la porte à toute une propagande médiatique en faveur de ce lobby. Leur principal argument ? Puisque la lutte contre ces cartels est meurtrière, il faut cesser de les combattre ! A la veille de la visite d’Obama au Mexique, où il doit s’entretenir avec le président Calderon sur la lutte conjointe contre le trafic de drogue et d’armes qui dévaste les deux pays, l’ancien ministre des Affaires étrangères et collaborateur de Nadelman et Soros, Jorge Castaneda, va même jusqu’à comparer cette guerre à celle menée en Irak, tout en remettant en question la volonté du Mexique de rester un pays souverain.

Le LYM mexicain ne s’est donc pas gêné pour gâcher la fête : plusieurs membres sont intervenus pour sortir de ce faux-débat, soulevant quelques vérités sur l’origine du lobby international de la drogue. Car le problème n’est pas mexicain en tant que tel : dans un tract distribué à tous les participants, le LYM dénonce ce lobby britannique et remonte aux guerres de l’Opium, dans lesquelles « le véritable objectif de l’Empire britannique a été atteint : faire du peuple chinois des esclaves plutôt que des citoyens capables de penser et de résister à leurs politiques ». Aujourd’hui, « le cerveau du trafic de drogue se trouve dans les grands centres financiers », et face à cet Empire financier qui s’écroule, « l’enjeu est de savoir si nous avons des citoyens et des leaders politiques capables de mener le combat, ou si nous allons finir comme les Chinois du XIXe siècle : soumis et drogués ». Après le débat, la polémique était vive dans les couloirs du Parlement, si bien qu’à la demande des organisateurs, la délégation du LYM a fini par être raccompagnée vers la sortie par des agents de la sécurité, qui pensaient eux aussi que légaliser est une folie.

Trois jours avant, le chef de la rédaction ibéro-américaine du magazine Executive Intelligence Review (EIR), Dennis Small, était interviewé par la radio nationale Radio Red, au sujet de la venue d’Obama. Il souligna que malgré le dangereux soutien d’Obama aux politiques britanniques de sauvetage du système, son approche dans la coopération Etats-Unis-Mexique contre les cartels est positive. Au delà, Dennis Small expliqua la bataille de Lyndon LaRouche pour ramener la présidence américaine dans le giron des politiques rooseveltiennes. Ainsi, le Mexique pourrait y contribuer en pressant Obama de participer aux grands projets d’infrastructure pour l’eau dont le Mexique a besoin et qui constituent un enjeu majeur pour le développement de toute l’Amérique du Nord. [2]

JPEG - 89.2 ko
Le NAWAPA est un ensemble de barrages, canaux, tunnels et pompes, permettant d’acheminer les gigantesques ressources en eau douce d’Alaska et du grand nord canadien vers les Etats arides de l’ouest américain et jusqu’au nord du Mexique.
Le PLHINO, ainsi que le PLHIGON, captent l’eau des montagnes de l’ouest et du sud mexicain pour l’acheminer vers les régions arables du Nord.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide