Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le Mexique relance son programme de recherche sur la Fusion

La rédaction
visites
698
JPEG - 184.4 ko
L’équipe du tokamak TPM-U1 au Centre de Recherche des Sciences appliquées et des Technologies avancées.

Après dix années d’interruption, le Mexique démarre un nouveau programme de recherche sur la fusion nucléaire, reprenant les travaux qui ont été menés dans les années 70.

Un article passionnant « Mexique : la fusion redémarre » est paru dans le bulletin d’information trimestriel d’octobre du magazine Fusion en Europe. L’article nous rappelle que dans les années 70, le Mexique avait lancé un programme de recherche sur la fusion, axé sur deux projets :

D’une part, le tokamak TPM-1 (Tokamak Projet Mexicain), dont la construction planifiée avait démarré à l’Institut national polytechnique, mais faute de financement et de personnel n’a jamais été terminée. Bien que le projet fut abandonné, précise l’article, « des composants inutilisés ont été conservés au Centre de Recherche des Sciences appliquées et des Technologies avancées dans la perspective de leur utilisation dans de futurs projets. »

Le deuxième projet, un tokamak de plus petite taille appelé NOVILLO, dont la construction a été autorisée, a véritablement représenté :

La première étape vers la création d’énergie de fusion au Mexique.

En 1983, il a contribué « à la réalisation d’essais et de formations, et la recherche expérimentale. » Mais cela fait maintenant une dizaine d’année que NOVILLO a été fermé.

JPEG - 110 ko
Le Groupe de Recherche de la Fusion de l’Université indépendante de Nuevo León à la 25e Conférence sur l’Énergie de Fusion à Saint-Pétersbourg en 2014.

Désormais, un nouveau programme de recherche est en cours. En 2007, la conception du « tokamak T » a démarré à l’Université indépendante de l’État du Nuevo León. Son chef de projet, Max Salvador, explique « qu’en proposant la conception de la plateforme de fusion du tokamak au Mexique, les étudiants de l’université sont amenés à participer ainsi au développement du confinement magnétique. » Cependant, la construction de la machine a été retardée par la réalisation des travaux d’adaptation du réseau électrique de l’université.

Le tokamak T a été conçu « pour obtenir d’importantes avancées dans le domaine de la science des matériaux. » Pour les scientifiques mexicains, la recherche et les données du tokamak T viendront compléter les travaux des tokamaks plus importants, tels que le JET européen, et ITER.

JPEG - 234.3 ko
Commander le dossier de S&P.

L’équipe de 12 scientifiques constituant le Groupe de Recherche de la Fusion mexicain, a pour mission d’équiper le tokamak de bobines magnétiques supraconductrices (un procédé important qui permet d’augmenter le nombre de réactions nucléaires et par conséquent de produire plus d’énergie).

Le chef d’équipe, Salvador, souligne que bien que l’équipe mexicaine est nouvelle, ils ont déjà acquis une expérience dans la recherche de la fusion par la mise au point de matériel expérimental. Ils ont également travaillé en collaboration avec l’Université française Pierre et Marie Curie, l’Université technique de Munich, et l’Université de Pavie en Italie. Ce qui est important vu que leurs voisins, les États-Unis, ont détruit leur programme de fusion.

Un deuxième projet a également vu le jour : celui du tokamak TPM-U1. Il est prévu que les deux machines tokamaks T et TPM-U1 se focaliseront sur des domaines de recherche différents. L’objectif principal étant de constituer un groupe de scientifiques et d’ingénieurs de la fusion plus nombreux.

Contactez-nous !