Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Michel Rocard : « Il faut d’abord réadopter partout le Glass-Steagall »

La rédaction
visites
1468

11 juillet 2010 (Nouvelle Solidarité) – Alors que le système financier, économique et social est au bord de la rupture, l’ancien Premier ministre Michel Rocard a déclaré dans une interview avec Le Figaro que pour en sortir « il faut d’abord réadopter partout le Glass-Steagall ». En effet la séparation des activités bancaires normales et spéculatives permettra d’en finir avec la folie financière et permettra d’organiser le rédeveloppement de l’économie réelle.

« Il y a sérieusement le feu, mais nous ne comprenons ni pourquoi ni comment. (…) Or, aucun traitement n’est possible, si on ne pose pas d’abord un bon diagnostic. Je vis cette crise comme un danger inouï. Si on ne la traite pas, c’est le déclin du Bas-Empire romain qui recommence », prévient-il. La crise est arrivée avec le démantèlement en 1971 du « système international de change fixe qui donnait, via les accords de Bretton Woods signés en 1944, de la prévisibilité aux agents économiques ». On a alors « ouvert la porte à la spéculation ». « En 1970, pour un dollar qui circulait dans le monde pour des raisons commerciales circulait un autre dollar pour des raisons financières (prêts, emprunts, remboursements, achats d’actions). En 2006, le rapport était de 1 à 120, avec un volume quotidien supérieur à 20.000 milliards de dollars. » Il constate alors qu’avec l’inaction des dirigeants « le système démocrate est menacé. Et, il n’y aura pas de sortie de crise sans consensus électoral. »

Le Figaro lui demande ensuite comment dégager un consensus. « Les voies de sortie sont d’ordre financier. Il faut d’abord réadopter partout le Glass Steagall Act, loi américaine de 1933 abrogée en 1999 qui interdisait aux banques de faire des investissements avec l’argent de leurs dépôts. (…) Ensuite, l’interdiction de tous les produits dérivés détachés des contrats d’économie réelle. Il faut en outre éradiquer les paradis fiscaux, puisqu’ils accueillent la moitié des immenses liquidités qui circulent dans le monde. Enfin, redonner du pouvoir d’achat aux salariés pour favoriser la croissance. »


Action :


Contactez-nous !