www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Michel Rocard appelle à un « Bretton Woods II »

La rédaction
2229 visites

5 décembre 2007 (Nouvelle Solidarité) - Dans un article diffusé en sept langues internationales par Project Syndicate, repris notamment par le quotidien suisse Le Temps, l’ancien premier Ministre français et économiste Michel Rocard, adoptant la démarche défendue depuis fort longtemps par l’économiste américain Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade en France, affirme une fois de plus qu’il faut organiser d’urgence « une conférence financière mondiale - Bretton Woods II. » pour ré-réguler le système financier international.

Michel Rocard constate d’abord que la dernière réunion du G7 fut un échec complet. « Sur le plan financier on ne s’est mis d’accord que sur une admonestation à la Chine » mais la question qui reste ouverte est la chute du dollar. « Jusqu’où va aller la dévalorisation du dollar ? Comment éviter l’asphyxie des économies qui exportent massivement vers les Etats-Unis ou en zone dollar, la Chine d’abord et l’Europe loin derrière mais en seconde position ? La crise des prêts hypothécaires à risques américains, dont on sait qu’elle connaîtra une aggravation en 2008, a-t-elle chance de se calmer ensuite ou va-t-elle contaminer l’ensemble du système financier international ? La hausse attendue du prix du baril de pétrole - il est déjà à son maximum historique - risque-t-elle de faire s’effondrer le château de cartes que constitue l’état actuel de l’endettement dans le monde ? Déjà en ce début Novembre nous apprenons que les plus grandes banques américaines sont touchées. »

Face aux économistes qui affirment qu’il ne s’agit que de turbulences passagères, Michel Rocard répond qu’il « ne partage pas ce point de vue, et je crois que nous sommes entrés dans une phase de fragilisation de différentes parties du système mondial qui risque fort de provoquer une vraie crise au sens de récession massive, et qui appelle pour tenter d’éviter cela une régulation publique internationale vigoureuse. »

Il rappelle ensuite qu’entre 1945 et 1975 un fort taux de croissance et de nombreux investissement dans des emplois hautement qualifié ont permis la mise en place d’une forte protection sociale. Pendant cette période, selon Rocard, « c’est l’actionnaire qui accusait le prix de tout cela par la minceur des dividendes. ». Mais, « trente ans après, l’actionnaire s’est vengé en cassant le système. Les fonds, qu’ils soient de pension, d’investissements, ou d’arbitrage - les fameux hedge funds - ont regroupé les actionnaires autrefois absents et ont pris le pouvoir. Dans toutes les économies développées le profit a fait un bon spectaculaire. Il représente partout entre 8 à 10 % de plus du PIB qu’il y a 25 ans. Salaires et revenus de Sécurité Sociale sont amputés d’autant. »

« Le système a perdu sa moralité, il ne cherche plus que l’enrichissement rapide et non plus l’investissement long ou la croissance. La rapacité est telle que les patrons se surpayent dans des conditions qui ne font plus consensus et que le nombre d’entreprises incriminées pour fraude augmente dangereusement. »

« Il est hors de question que ces diverses tendances puissent se perpétuer longtemps. »

« A l’évidence nous allons tout droit vers des chocs très graves, et cela concerne l’ensemble du monde développé. Une conférence financière mondiale -Bretton Woods II - est urgente. Mais il faudrait qu’elle puisse adopter des règles strictes. Visiblement les esprits n’y sont pas prêts. Bien au-delà du changement climatique et du terrorisme, ce problème est aujourd’hui le plus déterminant pour l’avenir du monde dans la prochaine décennie. »

Vous aussi vous pouvez agir en signant et en faisant circuler auprès de vos élus notre appel pour un nouveau Bretton Woods.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet