Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Mrs Rogers goes to Washington : Les élus afro-américains se retournent contre Obama

La rédaction
visites
1009

21 septembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Lors de la réunion annuelle du Congressional Black Caucus à Washington, les élus afro-américains nationaux et locaux venus de tout le pays, ont eu droit à la présence du Comité d’action politique de LaRouche (LPAC). Contrairement à l’année dernière, les militants ont constaté un déclin notable du soutien à Barack Obama. Avec Kesha Rogers [*] à sa tête, la délégation du LPAC a appelé à un sursaut immédiat face à l’effondrement du niveau de vie américain : rétablir la loi Glass-Steagall contre Wall Street, lancer le grand projet d’infrastructure NAWAPA et, pour débloquer la situation, destituer Obama.

Lors de ses interventions dans les débats, Kesha Rogers a tout fait pour que ses confrères voient la réalité en face : la politique d’Obama est celle de l’austérité brutale, du chômage endémique et de la complaisance envers Wall Street. Son programme, fit-elle valoir, n’est pas seulement mauvais pour la communauté noire, il est anti-américain ! Orateurs et participants n’ont pu qu’approuver et nombreux furent ceux qui approchèrent la délégation larouchiste pour en savoir plus sur notre plan d’action Glass-Steagall/NAWAPA. Lors de la réunion des jeunes élus, où Kesha s’est vu couper le micro en pleine intervention sous les acclamations d’une partie de la salle, le modérateur et l’autre partie de l’audience a exigé que la parole lui soit rendue, ce qui fut fait. La combativité des militants larouchiste et le programme qu’ils martèlent amènent à eux ceux qui veulent vraiment agir plutôt que de vivoter au sein d’un parti démocrate incapable de rompre avec son impuissance.

En plus de la destruction accélérée de l’économie, avec un taux de pauvreté frôlant les 26 % chez les Afro-Américains, c’est la chasse aux sorcières menée par Pelosi et Obama contre certains élus noirs, [**] qui ont ébranlé la confiance du Caucus dans la Maison Blanche. En témoigne clairement la réception réservée à Charles Rangel, membre fondateur du Black Caucus. Les participants ont longuement ovationné ce député qui vient de remporter le bras de fer qui l’opposait à Obama. La semaine dernière, Rangel a remporté haut la main la primaire démocrate malgré la campagne vicieuse menée contre lui depuis des années par le New York Times et Wall Street, et par le président Obama lui-même, qui l’avait appelé à démissionner « avec dignité » en juillet. Rangel a remporté 53 % des voix, contre seulement 23 % pour Adam Clayton Powell IV, qui défendait la politique d’Obama, et 11 % pour le candidat soutenu par le New York Times !

Très en vue également, la député Maxine Waters, elle aussi visée dans cette chasse au sorcière. Elle est accusée par l’Office of Congressional Ethics – une commission d’enquêteurs « indépendante » créée par Nancy Pelosi pour surveiller la conduite « éthique » des élus – d’avoir profité, indirectement et indûment, du renflouement bancaire, bien qu’aucun élément n’ait été produit à l’appui de ces soupçons. En effet, l’OCE sélectionne pour ses enquêtes des cibles dans la communauté afro-américaine qui sont, comme par hasard, des individus que la Maison Blanche aimerait voir évincés. Cependant, Maxine Waters, qui soutenait Hillary Clinton dans la primaire présidentielle démocrate, nie toute faute et mène une contre-attaque vigoureuse, comme l’a fait Charles Rangel, qui était lui aussi dans le camp de Clinton.

Pendant le débat dirigé par Waters, Kesha Rogers, elle-même afro-américaine, lui a exprimé son soutien, appelant au départ de Barack Obama, Nancy Pelosi et Porter Goss, le président de l’OCE et ancien directeur de la CIA (!). Une autre militante afro-américaine du LPAC s’est félicitée du combat de Waters, ajoutant que quelle que soit la couleur de peau d’Obama, il faut reconnaître que tous ces désastres se produisent sous son autorité. Ses propos furent unanimement applaudis.


Voir le rapport vidéo du LPAC (en anglais) :
http://www.larouchepac.com/node/15823


[*Démocrate larouchiste, candidate élue du parti dans la 22ème circonscription du Texas pour l’élection au Congrès américain. www.keshaforcongress.com

Contactez-nous !