Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

NDAA : le prix Pulitzer dépose plainte contre Obama

La rédaction
visites
2500

21 janvier 2012 (Nouvelle Solidarité) – Le journaliste américain Christopher Hedges, grand reporter au New York Times et récompensé du prix Pulitzer en 2002, a déposé plainte contre Obama concernant la loi NDAA, une législation autorisant la détention militaire illimitée et sans procès de toute personne aux Etats-Unis ou dans le monde. Dans une interview le 17 janvier avec Amy Goodman sur Democracy Now il a expliqué pourquoi :

Parce que [cette loi] est une attaque claire contre la Constitution. C’est la première chose. Mais secundo, il s’agit d’une attaque énorme et ignominieuse contre la démocratie. Cela fout en l’air 200 ans de Droit qui avaient laissé le pouvoir militaire en dehors des affaires intérieures. (...)  

Il s’agit d’un retour en arrière terrifiant pour la démocratie américaine. Moi, j’ai passé 20 ans à l’étranger, et j’ai vécu dans des pays où les militaires ont ce genre de pouvoir [du type prévu par la NDAA]. J’ai des amis qui ont disparu dans ces goulags militaires. Là, on est en train de mettre quelque chose en place qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer. (...)

Le Président Obama a menacé d’opposer son veto à cette loi. Sauf qu’on sait maintenant grâce au bureau du sénateur Levin que cela signifiait que l’Exécutif voulait décider, unilatéralement. [La Maison-Blanche] voulait ainsi s’arroger le droit de désigner contre qui une plainte devait être déposée et pour qui il devait y avoir des exceptions. Il ne s’agissait en aucun cas de stopper une attaque à l’encontre d’un processus juridique. Nous devons nous poser la question : si l’Establishment de la sécurité ne voulait pas de cette loi, et si le directeur du FBI Mueller l’a lui-même dénoncée devant le Congrès, pourquoi cette loi est-elle passée ? Qu’est-ce qui a mené à l’adoption de cette loi ? Selon moi il ne fait aucun doute que les élites du monde des affaires savent qu’au niveau économique, les choses vont sacrément s’empirer. Mon hypothèse est que ces gens ne font plus confiance à la police pour les protéger, et veulent s’assurer qu’ils pourront faire appel aux militaires. Si cette loi entre en vigueur, comme cela est prévu au mois de mars, cette hypothèse prendra tout son sens. (...) 

La peur est l’arme favorite des systèmes de pouvoir totalitaires. Ca fragilise les gens. Ca les amène à abdiquer leurs Droits, au nom de la sécurité nationale. (…) Si cette loi n’est pas abrogée, il sera impossible de distinguer les Etats-Unis d’une quelconque autre ignoble dictature militaire.

En tant que journaliste, Chris Hedges se rend régulièrement dans de nombreuses zones de conflit dans le monde, où il est en contact avec des personnes et des groupes considérés comme étant « en guerre avec les Etats-Unis » : les Gardes de la Révolution iranienne, le Hamas, le Djihad islamiste, l’Organisation de Libération de la Palestine et d’autres. Pour Hedges, la formulation de la NDAA est tellement vague qu’on pourrait très facilement s’imaginer qu’ainsi, il soit lui-même mis en détention illimitée.

Contactez-nous !