Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Naomi Klein : dégonflons la bulle Larry Summers

La rédaction
visites
1465
commentaire

Paris, le 21 avril (Nouvelle Solidarité)—Dans une tribune publiée par le Washington Post le 19 avril, Naomi Klein, l’auteure devenue célèbre pour son best-seller, « La doctrine du choc : la montée du capitalisme du désastre », appelle le Président Obama a « bannir Larry Summers [chef de son Conseil national de politique économique] (…) de la vie publique. » « Monsieur le Président, plaide-t-elle, dégonflez cette bulle ».

Summers est « trop proche de Wall Street. Il se comporte en tyran aussi bien des peuples que des pays. Pourtant, les bulles cérébrales sont la cause souvent ignorée des crises financières systémiques. C’est un processus par lequel l’intelligence d’une personne (…) est enflée et valorisée au-delà de toute raison, créant une accumulation dangereuse de risque sans couverture. Larry Summers est la plus grosse bulle cérébrale que nous ayons.

« Au départ, une bulle cérébrale démarre au lycée avec un inoffensif "crâneur", qui devient ensuite un "prodige". Puis, lors de l’incursion obligée dans un petit pays bouleversé par une crise, le "prodige" est déclaré "sauveur". A la trentaine, il est titularisé et devient officiellement un "génie". A quarante, c’est un "gourou", et à cinquante, un "oracle" ! Et après quelques verres : un "messie".

« Summers a eu tort encore et encore : tort de ne pas réguler les produits dérivés ; tort lorsqu’il a contribué à éliminer les lois bancaires de l’époque de la dépression transformant ainsi les banques dans des monstres trop gros pour faire faillite. Et lorsqu’aujourd’hui il aide à concevoir des tricheries de plus en plus complexes et dépense toujours plus de dollars du contribuable pour maintenir le casino financier en fonctionnement, il a encore tort. La rumeur prétend que son poste actuel pourrait lui servir de marche pied dans le chemin du grand prix : la présidence de la Réserve Fédérale. Ceci ferait de lui alors un "maestro" ».


« Monsieur le Président »,
plaide Naomi Klein en conclusion : « s’il vous plait. Dégonflez cette bulle avant qu’il ne soit trop tard » !

Pour creuser le sujet

Focus

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide