Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Netanyahou se veut le nouvel « homme fort » d’Israël

La rédaction
visites
806

En démissionnant en grande pompe de son poste de ministre, Benjamin « Bibi » Netanyahou a signalé son intention de faire tomber le gouvernement d’Ariel Sharon et de devenir le nouvel « homme fort » d’Israël. Selon les derniers sondages, au sein du bloc du Likoud, Sharon ne rassemble plus que 33&nbsp ;% des intentions de vote contre 47&nbsp ;% pour Netanyahou. La position de Sharon est si mauvaise que le quotidien Ha’aretz du 10 août tire la sonnette d’alarme : « Il semble que seul un miracle puisse changer la situation (en faveur de Sharon). Un désengagement réussi ou encore une opération militaire importante pourraient faire l’affaire ... »

Après le désengagement de Gaza, le gouvernement actuel risque de tomber si la Knesset rejette, comme prévu, le budget national 2006, ce qui entraînerait automatiquement de nouvelles élections, peut-être dès janvier prochain. On pourrait alors assister à un « big bang » dans la vie politique israélienne : la faction de Sharon au sein du Likoud pourrait rejoindre certains éléments du parti travailliste et du parti néo-libéral Shinui afin de former un soi-disant « parti centriste », laissant ainsi à Netanyahou l’aile droite du Likoud, les colons et les extrémistes. Cette nouvelle formation d’extrême-droite serait préoccupée non pas par le processus de paix, mais par la construction en cours d’un « mur de Berlin » au Moyen-Orient et par la prétendue menace que représenterait un Iran muni de l’arme nucléaire.

Ce rôle attribué à Netanyahou a amené le commentateur israélien Gideon Samet à se demander si l’ancien Premier ministre se prend pour le Generalissimo Franco d’Israël. Dans le Haaretz du 10 août, il écrit : « Benjamin Netanyahou s’est offert lui-même, cette semaine, de devenir le dirigeant des Phalangistes oranges ». Il désigne par ce terme les fanatiques qui s’opposent au désengagement et qui, à l’instar des phalangistes espagnols qui portaient des chemises noires, ont adopté la couleur orange. « Tout comme Franco lança sa rébellion en 1936, écrit Samit, Netanyahou « s’est mis à la tête d’une large rébellion subversive dont nous ne voyons que le début. » Il voit dans la démission de Netanyahou « une opération de type putsch ».

Le « généralissime Bibi » et ses phalangistes oranges tireraient leur inspiration de Vladimir Jabotinsky, admirateur juif de Mussolini, et des terroristes du « gang Stern », dont les dirigeants furent jetés en prison par Ben Gourion en 1948. Ils pourraient être rejoints par plusieurs factions de droite au sein de la Knesset, actuellement mobilisées contre le désengagement. Parmi elles, le « Renewed National Religious Zionism » dirigé par Effie Eitam, lui-même présenté par la presse israélienne comme un « dingue fasciste », et le bloc d’« &nbsp ;Union nationale », comprenant le parti « Molidet » et le « Yisrael Beiteinu ». « Molidet » est dirigé par le rabbin Benny Elon, l’inspirateur spirituel de Yigal Amir, l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin. Le « Yisrael Beiteinu », parti des immigrants russes, est dirigé par Avigdor Lieberman, ancien directeur de campagne et chef de cabinet de « Bibi » lorsque celui-ci était Premier ministre, à la fin des années 90.

Netanyahou bénéficie de surcroît du soutien des « chrétiens sionistes » fondamentalistes des Etats-Unis. Yuri Stern, député du « Yisrael Beiteinu », est le fondateur du lobby de la Knesset dénommé « le Comité de l’Alliance chrétienne ». Du 2 au 5 septembre, ce « Comité » tiendra une importante conférence à Fort Worth, au Texas, dont la liste des intervenants se lit comme un Who’s Who du mouvement « chrétien sioniste ».

Contactez-nous !