www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Finance

Nettoyons Dexia au kärcher ! Pas un sou pour les spéculateurs !

2098 visites | 3 commentaires

8 octobre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le 5 octobre 2011, la mégabanque franco-belge Dexia, dirigée par Pierre Mariani, l’ancien chef de cabinet de Nicolas Sarkozy, a fait faillite, bien qu’en langage orwellien, on évoque son « démantèlement ordonné ». Le lendemain, à 14h54, alors que l’action s’effondre de 17,24% le régulateur du marché belge a suspendu la cotation de l’action en bourse.

Enfantée par la finance folle, si cette « nef des fous » chavire aujourd’hui, c’est notamment à cause de son héritage toxique de 2008 et de son exposition aux dettes souveraines européennes dans une zone euro à l’agonie. Car à ce jour, Dexia détient 3,4 milliards d’euro d’obligations de l’Etat grec et les analystes estiment qu’il faut ajouter à cela 17,5 milliards d’euro d’exposition à la dette italienne, espagnole, portugaise et à celle d’autres pays en grande difficulté. Avec la dégradation des dettes souveraines Dexia s’est retrouvée dans l’impossibilité d’obtenir des capitaux à court terme dont elle dépend.

Ironiquement, le 15 juillet, Dexia avait passé avec brio les tests de résistance (stress tests) menés par l’Agence bancaire européenne et dans un communiqué de presse Dexia annonçait fièrement qu’elle n’avait point besoin de lever des capitaux supplémentaires. Petit détail, les tests avaient soigneusement évité d’inclure un défaut des obligations de l’Etat grec. Dexia les avait provisionnés à hauteur de 21% alors que les investisseurs estiment qu’elles ont déjà perdu 50 à 60% de leur valeur.

Alors que l’avenir de Dexia concerne directement la France et la Belgique, l’affaire est très suivie aux Etats-Unis où plusieurs Etats et villes, qui dépendent de la banque pour trouver des capitaux, sont exposés à son démantèlement.

Pour sauver nos pays, il faut nettoyer toute cette nébuleuse au kärcher et, grâce aux critères de la loi Glass-Steagall de Roosevelt, séparer le bon grain de l’ivraie. Pour être plus clair : au lieu de renflouer à tout prix l’énorme boulet de titres toxiques comme semble le souhaiter les gouvernements belge et français, il faut les faire passer par perte et profit. Seule cette démarche permettra de rétablir la confiance dans le système bancaire mondial.

Un peu d’histoire

Dexia voit le jour en 1996 suite au mariage du Crédit Local français (à l’époque sous la gestion de la Caisse des dépôts et Consignations -CDC) et le Crédit Communal belge. Leur fusion, nous dit-on à l’époque, permettra de gagner en compétitivité dans le cadre du lancement de l’euro fin 1999. Par la suite, Dexia met la main sur la banque belge Artesia et se développe à l’international en prenant le contrôle de l’italien Crediop, de la banque israélienne Otmar Hashilton Hamekomi et la banque turque Denizbank.

Attirée comme toutes les autres banques européennes par les gros profits à court terme, Dexia dont la devise était « Le court terme n’a pas d’avenir », a joué et perdu gros au début des années 2000 sur le marché des subprimes américains via son achat du rehausseur de crédit Financial Security Assurance (FSA). Résultat : au bord du dépôt de bilan, Dexia a du être sauvé in extremis en septembre 2008 grâce aux 6,4 milliards d’euros injectés par les Etats français, belge et luxembourgeois.

Erreur énorme dont on paye aujourd’hui les conséquences : on autorise la banque à garder en son sein, une « bad bank » [legacy division] où restent cantonnés plusieurs centaines de milliards d’euros de titres toxiques dont on espère qu’ils reprendront par magie de la valeur.

Le plan actuel concocté par Nicolas Sarkozy et les équipes de Bercy laisse anticiper le pire : une fois de plus, en privatisant les profits et en socialisant les pertes, on compte dépouiller les peuples.

Sauvetage de qui ?

Sans connaître les arbitrages finaux, ce qui filtre dans la presse prévoit un plan en trois volets :

1) Vendre les bijoux de famille au plus offrant. Plusieurs divisions du holding Dexia seront vendues au plus offrant : Dexia Banque Internationale au Luxembourg (DIL) est en discussion avec le Qatar ; Denizbank (Dexia Turquie) intéresse la Sberbank russe ; Dexia Bank Belgique (DBB) serait nationalisée ou vendue à une autre banque européenne. Parmi les candidats : Santander, BBVA, HSBC, Deutsche Bank, Rabobank et Société Générale ; Dexia Asset Management est également à vendre.

2) Créer une « bad bank » garantie par l’Etat français et l’Etat belge. D’après Reuters, il s’agit d’un portefeuille obligataire en cours de liquidation, communément appelé portefeuille d’actifs « toxiques » estimé à 95,3 milliards d’euros à fin juin 2011. D’après les documents disponibles sur le site de Dexia, il se compose notamment de 24,5 milliards d’obligations du secteur public local, de 15,8 milliards de dette souveraine, de 15,6 milliards d’obligations d’établissements bancaires, de 12 milliards d’obligations sécurisées (covered bonds). Selon certains analystes, Crediop et Sabadell, filiales italienne et espagnole de Dexia spécialisées dans le financement des collectivités locales, pourraient rejoindre cette « bad bank ».

3) Créer une nouvelle banque française au service des communes, des villes et des collectivités territoriales. Alors qu’en Belgique, le Crédit Communal retournerait sous le contrôle de l’Etat belge, en France on créera une nouvelle entité composée pour l’essentiel de la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC), la Banque Postale et Dexia Crédit local, filiale française de Dexia, dont la CDC est l’actionnaire principal. Alors que cette réorientation peut sembler prometteuse, il reste un petit détail qui fâche : le bilan de Dexia Municipal Agency (DexMa), véhicule de titrisation logé au sein de Dexia Crédit Local. Son portefeuille s’élève à quelque 80 milliards d’euros et est constitué pour l’essentiel de prêts aux collectivités locales, essentiellement françaises mais pas exclusivement. Environ 10 milliards d’euros de ce portefeuille seraient toutefois considérés comme « toxiques » et valent à Dexia d’être poursuivie en justice par certaines collectivités locales.

L’on constate que l’addition sera salée : en plus des garanties accordées à la « bad bank » pour maintenir la fiction de 93,4 milliards d’euros d’actifs sans valeur, on adossera les dépôts de la CDC et de la Banque postale aux emprunts toxiques qui empoisonnent nos collectivités !

Alors que la Banque postale semble s’aligner sur cette perspective, la CDC montre pour l’instant ses plus grandes réticences. Elle craint notamment de perdre sa propre notation AAA. Mercredi, sur RTL, Laurent Fabius n’a pas exclu une telle conséquence et bien que Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, a immédiatement nié une telle éventualité, les agences en question ont bien confirmé qu’elles prendraient en compte cette nouvelle prise de risque. Après la dégradation de la note italienne, c’est donc la Belgique et la France qui seront dégradées.

Il faut donc nettoyer nos banques au kärcher et dire non à tout sauvetage des dettes illégitimes qui ruinerait nos peuples une fois encore. Ce que démontre l’affaire Dexia avant tout, c’est qu’une séparation stricte entre d’une part les banques de dépôts et d’autre part les banques d’affaires, aurait pu empêcher un tel désastre. Rétablissons donc de toute urgence la loi Glass-Steagall, véritable camisole de force pour la finance folle.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Emprunts toxiques : On ne demande pas de l’aide mais la justice !

Les taux des emprunts "toxiques" explosent pour de très nombreuses collectivités territoriales. Nous réclamons la justice et un nouveau mode de financement.

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 8 octobre 2011 à 19:03
    par petite souris

    Le 5 octobre 2011, la mégabanque franco-belge Dexia, dirigée par Pierre Mariani, l’ancien chef de cabinet de Nicolas Sarkozy, a fait faillite

    93,4 milliards d’euros d’actifs sans valeur !!!

    Le plan actuel concocté par Nicolas Sarkozy et les équipes de Bercy laisse anticiper le pire : une fois de plus, en privatisant les profits et en socialisants les pertes, on compte dépouiller les peuples.

    "Tout va très bien madame la marquise !!!"

    ... et demain les primaires du parti socialiste : aucun des six aujourd’hui n’en parle !

    " Circulez ! il n’y a rien à voir !"

    ... et demain va naître le n° 4 de not’président !

    ... et demain de quoi parleront les médias ???

    ... de rien ! de non-évènements qui sont déjà le passé !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre 2011 à 13:13
    par tony

    a faire circuler en urgence le moment est venu pas le temp d attendre les politique ca ne changera pas avec eux...
    http://www.avaaz.org/fr/the_world_vs_wall_st_fr/?cl=1312385708&v=10618

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet