Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Nicolas Sarkozy rencontre le gourou de l’ « Exécutif Unitaire »

La rédaction
visites
1677

Comme nous l’avions indiqué, la présidence Sarkozy pourrait s’orienter vers la mise en place d’un Etat policier, avec l’appui de puissances extérieures.
D’après l’Elysée, Nicolas Sarkozy se « réjouit » de

15 juillet 2007 (Nouvelle Solidarité) - Comme nous l’avions indiqué, la présidence Sarkozy pourrait s’orienter vers la mise en place d’un Etat policier, avec l’appui de puissances extérieures.
D’après l’Elysée, Nicolas Sarkozy se « réjouit » de rencontrer ce lundi le président de la cour suprême américaine, John G. Roberts.

John G. Roberts fait partie du groupe des « schmittlérien » de la cour suprême, puisqu’il est membre de la Federalist Society, qui s’inspire directement du juriste attitré du régime nazi Carl Schmitt. Schmitt a bâti la doctrine de l’ « exécutif unitaire » pour justifier les pleins pouvoirs donnés au chancelier Hitler en mars 1933. La Federalist Society et sa doctrine influencent directement le groupe de juristes qui entoure le vice-président Cheney ; c’est au nom de cette doctrine qu’ont été mises en place les politiques de torture, d’espionnage et d’insubordination au Congrès.

Rappelons qu’une des premières mesures mise en place par l’Elysée depuis mai, est la création de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), sur le modèle du Homeland Security américain crée après le 11 septembre 2001, et qui centralise toutes les fonctions policières territoriales afin de lutter contre le terrorisme, les délinquants de banlieue et les « phénomènes subversifs ». Supervisée par son directeur de Cabinet à l’Elysée Claude Guéant -un expert des mécaniques policières puisqu’il était déjà le directeur de cabinet de Sarkozy au ministère de l’intérieur- la DGSI pourrait être emmenée par Bernard Squaricini, alias « le Squale », ancien numéro 2 des RG et nouveau directeur de la DST.

Nous ne pouvons qu’espérer que l’équipe Sarkozy ne franchira pas les limites dépassées par le ministre de l’intérieur allemand Wolfgang Schaüble la semaine dernière. Le correspondant berlinois de RFI rapporte que Schaüble a proposé « des exécutions ciblées de terroristes, (...) suggéré d’empêcher les personnes suspectes d’avoir accès à Internet ou d’obtenir un téléphone portable, et comme aux Etats-Unis, le ministre de l’Intérieur allemand propose de créer un délit pour complot, et de traiter comme des combattants et d’interner les personnes qui mettent en danger la sécurité nationale. »

Lors de son passage à Paris lundi, le juge Roberts va également rencontrer le président du Conseil Constitutionnel, Jean Louis Debré. Il sera également reçu dans les deux plus hautes instances de la justice françaises, le Conseil d’Etat et la Cour de Cassation.

On sait que du côté de l’Elysée, le temps est plutôt à l’ouverture, mais le bon sens voudrait quand même que Nicolas Sarkozy n’aille pas jusqu’à recruter Cheney, ou à adopter ses méthodes, alors que ce dernier est proche de l’éviction.

Contactez-nous !