Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Non à la diplomatie britannique dans l’administration Obama !

La rédaction
visites
2476
commentaires

8 novembre 2008 (Nouvelle Solidarité) – Le nom de Samantha Power, proche conseillère diplomatique d’Obama, est instamment évoqué pour un poste au département d’Etat. Prenant la défense de l’institution présidentielle, Lyndon LaRouche a immédiatement appelé à la tenir la plus éloignée possible de l’administration Obama. Et pour cause :

Depuis l’élection d’Obama au Sénat en 2004, Samantha Power est sa conseillère en politique étrangère et a façonné sa formation dans le domaine. Hors, cette ancienne journaliste du magazine impérialiste et libre-échangiste britannique The Economist, est devenue, avec le financement direct de Georges Soros et de son Open Society Institute, une experte dans l’ingérence humanitaire promue par un autre de ses mentors, Lord Malloch-Brown, ministre d’Etat au Foreign office britannique pour l’Afrique, l’Asie et l’Onu. Elle l’a d’ailleurs ardemment promu comme orateur dans des cycles de conférences à l’Université d’Harvard. Malloch-Brown, qui promeut actuellement l’envoi de troupes britanniques en RD Congo, est « le canal principal entre l’Angleterre et Obama », avait-elle déclaré au Times de Londres pendant les primaires démocrates, précisant qu’il « suscitait l’admiration d’Obama » et que le sénateur de l’Illinois était « réellement sous son charme ».

Lord Malloch-Brown est un proche collaborateur de George Soros, avec qui, en tant qu’administrateur du Programme des Nations unies pour le Développement, il a organisé en 2004 le financement privé des salaires de 5000 officiels géorgiens, dont celui du président Saakashvili lui-même, après avoir sponsorisé la fameuse « Révolution des roses ». Rappelons que le régime Saakashvili a ensuite été « détonné » pour provoquer un conflit militaire entre la Russie et l’Otan. Par la suite, et avant d’être nommé ministre et baron en 2007, Malloch-Brown est devenu vice-président du controversé Quantum Fund, le très opaque hedge fund de Soros situé dans le paradis fiscal de Curaçao, aux Antilles néerlandaises, une île spécialisée dans le blanchiment d’argent de la drogue. Ce fond finance les opérations de Soros grâce aux profits de la spéculation sur les matières premières et les monnaies nationales. Décidément confiant en ses vertus, Soros l’avait également nommé vice-président de son Open Society Institute.

Georges Soros, dont les investissementsphilanthropiques servent depuis toujours les fins géopolitiques de la diplomatie parallèle du Foreign Office, a été le principal organiseur des réseaux de financement d’Obama depuis 2006, au sein du club des millionnaires et milliardaires de la finance new-yorkaise.

LaRouche a donc déclaré : « J’appelle le président élu Barack Obama à virer Samantha Power de son équipe tout de suite, pour le bien de l’Afrique. Aucune personne associée à une personne comme Malloch-Brown, qui a potentiellement le sang de millions d’africains innocents sur ses mains, ne doit être autorisée à approcher la Maison Blanche. Après les huit années de génocide Bush-Cheney dans le monde, c’en est assez ! »

Voir les 2 commentaires

  • Kirou • 09/11/2008 - 13:19

    Les rois nègres africains ont toujours eu des conseillers anglais, sinon ils n’auraient pas obtenu le pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Senec • 09/11/2008 - 06:38

    et a façonné sa formation dans le domaine.
    Hors, cette ancienne journaliste du magazine impérialiste et libre-échangiste britannique The Economist,

    FAUTE ""D’ORTHOGRAPHE"" POUR LE MOT :
    HORS, !! Il faut écrire OR,
    Sinon, le texte devient pénible à lire ! Grave erreur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide