Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Nouveau rapport de force sur la dette argentine

La rédaction
visites
850

L’Argentine peut et doit payer plus, a déclaré Jack Boorman, un conseiller du directeur du FMI, Rodrigo Rato. Boorman s’exprimait le 17 novembre à la conférence de l’Institut de la finance internationale (IFI), une organisation de banquiers qui fustige le gouvernement Kirchner depuis des mois, exigeant plus d’argent pour les détenteurs étrangers des obligations argentines - « fonds vautours » et banques. Pour Boorman, le FMI doit avoir son mot à dire dans le plan de restructuration du gouvernement, afin de juger s’il est « équitable » pour toutes les parties et si l’Argentine négocie « de bonne foi ». Si le plan de restructuration de la dette extérieure ne semble pas « soutenable », autrement dit si l’Argentine ne se montre pas prête à piller encore plus son économie, le FMI devrait, selon ce conseiller, lui refuser tout nouveau prêt.

En réponse à cela, Kirchner déclara que le FMI « devrait arrêter de nous donner des leçons. Nous avons vu les résultats de leur aide ici ; le Fonds monétaire international a soutenu des projets et des gouvernements [dans les années 90] qui ont conduit à la destruction de l’Argentine. Qu’ils se rendent compte que leurs prescriptions ont été absolument négatives. » Il n’y a que deux options, selon Kirchner, soit condamner des millions de gens à l’exclusion en poursuivant les méthodes du passé, soit négocier avec dignité et fermeté en vue de remédier à la catastrophe économique. « L’offre que nous avons faite NE CHANGERA PAS. La réduction que nous offrons [70%] (...), quels que soient les obstacles, sera maintenue . »

Contactez-nous !