Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Nouvelle étude publiée par EIR sur l’économie russe post-soviétique

La rédaction
visites
768

Le 23 mars, EIR News Service a annoncé la parution de The Anatomy of Russian Capitalism du professeur Stanislav M. Menchikov.

Traduit du russe par Rachel Douglas, il s’agit d’une étude approfondie de l’économie russe depuis quinze ans, suite à la dissolution de l’Union soviétique. Dans sa préface, « Russia’s Next Step », Lyndon LaRouche souligne la nécessité pour les hommes politiques américains d’étudier la « maladie » telle que Menchikov la présente, car « c’est une pandémie mondiale, contre laquelle nous devons tous nous concerter à l’échelle planétaire ».

Le professeur Menchikov, auteur de plusieurs autres études économiques, tant sur la Russie qu’internationales, est considéré comme l’un des principaux experts russes des Etats-Unis. Ici, il expose les oligarques, leur identité et comment ils ont pu accumuler de telles fortunes au milieu du chaos des années 1990.
Le groupe entourant Vladimir Poutine, formé de financiers et d’industriels, représente-t-il un véritable changement ? Le professeur pense que l’économie russe est tombée dans un piège, la seule issue possible aurait été une rupture totale avec le système oligarchique.

Selon Menchikov, l’apparition subite du privé en Russie dès 1991 représente « le bolchévisme au rebours. (....) les réformateurs post-soviétiques ont suivi à la lettre les dogmes occidentaux néo-classiques, selon lesquels pour que socialisme devienne capitalisme, il suffit de remplacer la propriété de l’Etat par la propriété privée et l’économie planifiée par le libre jeu des forces du marché. (....) C’était en fait du Lenine à l’envers. C’est seulement d’un point de vue purement formel qu’on peut affirmer que le socialisme a préparé le terrain du capitalisme, alors qu’en pratique il a rendu la tâche très difficile, exigeant des sacrifices énormes, qui ont pris la forme d’une dégradation terrible des conditions d’existence pour la majorité de la population. »

Contactez-nous !