www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Obama, Gorbatchev et Albright ont orchestré le clash Clinton-Poutine

La rédaction
2265 visites | 5 commentaires

A lire : Russie : Hillary Clinton prise au piège des va-t-en guerre


11 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Des sources chevronnées à Washington et Moscou ont fourni à nos collègues du magazine EIR de nouvelles précisions sur la manière dont Barack Obama, en collusion avec certains des pires ennemis de la Russie, a tendu un piège à la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, et ainsi affaibli les relations américano-russes et la politique d’évitement de guerre menées par certains canaux diplomatiques. Cet incident apporte une nouvelle preuve de la folie criminelle de Barack Obama et du fait qu’il n’est qu’un agent de la faction britannique cherchant actuellement à provoquer un conflit mondial ; l’éviction du président américain est on ne peut plus urgente pour le monde.

Suite aux élections russes du 4 décembre, Hillary Clinton a tenu des propos inhabituellement provocateurs à l’encontre du gouvernement russe avec qui elle avait pourtant renoué un fort lien diplomatique après la belliqueuse ère Bush-Cheney. Selon ces sources, dans les semaines précédant les élections russes, l’ancien chef soviétique et agent britannique Mikhaïl Gorbatchev était en contact téléphonique avec le Président Obama, l’ambassadrice américaine aux Nations Unies Susan Rice et la présidente du National Democratic Institute (NDI – une ONG financée par la National Endowment for Democracy) Madeleine Albright (l’ancienne secrétaire d’Etat antirusse qui a pour idoles Brzezinski, Kissinger et H.G. Wells). Dans les heures qui ont suivi l’annonce des résultats électoraux, Gorbatchev les a dénoncés et a appelé à de nouvelles élections, déclenchant une frénésie internationale contre le Premier ministre Poutine et son parti Russie Unie. L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et des fondations privées américaines et européennes ont servi au transit de millions de dollars vers la Russie afin de promouvoir l’opposition. Notons que le directeur de l’USAID, Sean Carroll, avant de rejoindre l’administration Obama en 2010, était directeur des programmes du Club de Madrid pour la transition démocratique, une ONG regroupant d’anciens chefs d’Etats dans laquelle Mikhaïl Gorbatchev joue un rôle principal (selon USAID, Carroll est d’ailleurs toujours conseiller du Club).

Ensuite, Obama a ordonné à Hillary Clinton de condamner sévèrement le résultat électoral russe, avant même qu’elle puisse s’entretenir avec son homologue, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Comme on pouvait s’y attendre, les Russes s’en sont pris en retour à Clinton, lui reprochant de lancer des attaques avant toute discussion et avant même que les observateurs internationaux aient rendu leurs rapports.

Ensuite, Obama aurait contacté Clinton une deuxième fois en lui reprochant d’y être allée trop mollement et exigeant d’elle des déclarations plus virulentes.

L’intention était clairement de briser la confiance et la franchise qui s’étaient établies au prix de longs efforts depuis trois ans entre Clinton, Lavrov, et d’autres dirigeants russes. Heureusement, la déclaration émise par Lyndon LaRouche jeudi dernier avant même que ces éléments ne soient connus, et qui a largement circulé internationalement, a permis de saper le plan britannique visant à briser le canal de discussion russo-américain opposé à la guerre.

Les liens personnels entre Obama et Gorbatchev remontent au moins au 20 mars 2009, lorsqu’une rencontre fortuite fut organisée entre les hommes, alors que l’ancien dirigeant soviétique était venu rencontrer le Vice-président Joe Biden à la Maison Blanche. Le 7 juillet 2009, lors de sa visite officielle en Russie, Obama rencontra de nouveau Gorbatchev, cette fois en tête-à-tête, et inséra ses apports dans un discours à l’université de Moscou. En mai 2010, Gorbatchev lança une énième organisation de campagne, le New Policy Forum, basé au Luxembourg, conjointement avec George Shultz (ancien secrétaire d’Etat américain spécialiste de l’ingérence démocratique) et Lord Robert Skidelsky (le biographe de John Maynard Keynes et de Sir Oswald Mosley…).

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 5 commentaires

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2011 à 13:28
    par gdfontaines

    Hillary aux ordres d’Obama .. après son éclat de rire à l’arrestation de Kadhafi, Hillary serait maintenant devenue un simple pantin piégé .. hum !
    A moins qu’elle ne fasse cela que pour mieux faire virer Obama .. ou qu’Obama et sa clique perfide ne soient pas les seuls à vouloir tirer les ficelles en Russie et ailleurs .. tout cela étant évidemment un bien sale jeu de basses manigances qu’il est bien temps d’arrêter !

    • Le 12 décembre 2011 à 16:51
      par Bertrand Buisson

      La question c’est pas Hillary Clinton, mais ceux qui s’agitent pour partir en guerre.

      C’est une opportuniste, mais pas une folle : elle tend par l’ensemble de sa politique à avoir oeuvrer contre l’affrontement russo-américain en recréant un dialogue entre les deux pays.

      De toute évidence, il y a des gens dans la présidence qui ne veulent pas de ce dialogue...

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2011 à 11:15
    par sinocos

    Tout homme bien dois etre bien d’abord avec lui meme, ses proche, sa societe et son pays. Dans le cas contrait vous etes un porteur des plans et des oeuvres de satan:C’est le cas de Mikhaïl Gorbatchev qui n’est pas bien avec ses freres russes et qui vit meme hors de son pays. Il a semme le desordre partout dans le monde et ouvert la porte libre aux cliendestins qui ont detruit toutes les nations dans le but de leur projet de domination mondial.

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2011 à 20:30
    par petite souris

    Beau scénario en effet !!!

    Donc tous ces gens-là peuvent donc se reconvertir à Hollywood sans difficulté, mais gagneraient-ils plus d’argent ?
    Seraient-ils plus célèbres ?

    En tout cas, ils feront moins de dégâts aux peuples et aux pays.
    Je pense que ce pouvoir doit les faire jouir et cela les rend complétement "accros" à cette toute puissance.

    Il leur faudrait un programme de désintoxication, un bon !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2011 à 20:08
    par Bertrand Buisson

    A voir absolument pour les anglophones, le dernier flash info sur LPAC-TV à ce sujet :

    Obama Sets-Up Hillary
    http://www.larouchepac.com/node/20725

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet