Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Obama a donné son feu vert pour des frappes israéliennes contre l’Iran

La rédaction
visites
3121

Le 16 mars 2012 (Nouvelle Solidarité) – Lorsque Barack Obama a reçu le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou le 5 mars dernier, le Président américain n’a pas, contrairement à ce que croient les gens trop crédules, interdit au Premier ministre israélien d’aller de l’avant avec une attaque sur l’Iran, mais bien promis de l’aider, tout en donnant l’impression en public de s’y opposer ! C’est ce qui est confirmé par un éditorial publié hier par le quotidien israélien Ha’aretz.

Aluf Benn, son rédacteur-en-chef et l’un des journalistes les plus influents du pays, écrit : « Netanyahou laisse entendre que lors de sa visite à Washington, il aurait reçu l’accord tacite d’Obama pour une attaque sur l’Iran – tout en donnant l’impression de s’y opposer. Obama se prononcera contre cette attaque, de la même manière que les administrations précédentes ont toujours dénoncé les colonies dans les territoires, tout en permettant leur expansion. (…) Lors d’incidents passés, Israël a agi contre la position officielle des Etats-Unis, tout en s’assurant toutefois que les Américains accepteraient les résultats de ses actions et les soutiendraient rétrospectivement. Et les Etats-Unis ont effectivement permis à Israël de contrôler les territoires annexés en 1967, et laissé faire, tout en condamnant de façon symbolique, l’attaque sur le réacteur nucléaire irakien en 1981.

« Et Netanyahou a résumé sa visite de la manière suivante : "J’ai présenté à mes hôtes les exemples que je viens juste de vous citer, et je crois que l’objectif principal que j’ai présenté – de fortifier la reconnaissance du droit d’Israël à se défendre – je pense que cet objectif a été atteint." »

Benn ajoute que Netanyahou cherche à « convaincre le public israélien que la menace iranienne est une menace tangible et existentielle, et qu’il n’y a qu’une seule manière de l’arrêter et de prévenir un "second holocauste" ; une attaque militaire israélienne sur l’infrastructure nucléaire iranienne, qui est profondément enterrée ».

Ce à quoi Lyndon LaRouche a répondu : « Le second holocauste sera l’utilisation par Obama d’armes nucléaires contre le reste du monde. C’est très clair. Le Président des Etats-Unis, Obama, est un menteur. »

LaRouche a ajouté que la course de Netanyahou vers la guerre doit être vue dans le contexte de la visite du Premier ministre britannique David Cameron à Obama, qui vient juste de s’achever. C’est Londres qui donne à Obama ses ordres. Celui-ci n’est qu’un pantin de l’Empire britannique, à qui on a assigné la tâche de déclencher une guerre contre la Russie et la Chine.

C’est ce que montre également la menace proférée par Hillary Clinton le 12 mars dernier au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Parlant au nom d’Obama, la secrétaire d’Etat américaine avait averti la Russie que les Etats-Unis attaqueraient l’Iran s’il refusait de se soumettre à ses demandes d’ici la fin avril.

Benn retourne contre Netanyahou l’allégorie du canard qu’il avait utilisée pour décrire l’Iran lors d’un discours durant sa visite à Washington : « Ce qui ressemble à une préparation à la guerre, agit comme une préparation à la guerre, et cancane comme une préparation à la guerre, est une préparation à la guerre, et non pas un simple bluff ou une tactique de diversion. Jusqu’à ce qu’il n’aille à Washington, Netanyahou et ses fans évitaient d’utiliser un langage aussi explicite et ne procédaient que par insinuations. Mais depuis qu’il est de retour, Netanyahou s’est lui-même mis, ainsi que le public israélien, en état d’urgence. »

En France, l’article intitulé « L’agenda militaire d’Obama inquiète Paris » paru dans le Canard Enchaîné du mercredi 14 mars 2012, conforte cette analyse. Le journal rapporte que « le 8 mars, reçu par les sénateurs de la Commission des forces armées, le général Herbert Carlisle, adjoint du chef d’état-major, leur a laissé entendre que les plans d’intervention en Iran étaient fin prêts. A Paris, on n’en doute pas, et l’on s’inquiète vraiment de tout ces préparatifs. D’autant que les chefs militaires français n’ignorent pas que des opérations de guerre électronique sont déjà prévues par leurs collègues américains pour neutraliser les défenses iraniennes. » Ce discret coup de main est supposé permettre aux avions israéliens d’échapper aux radars antiaériens iraniens et syriens.

Contactez-nous !