www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Obama agent de la politique anti-africaine britannique

La rédaction
1397 visites

8 avril 2007 (LPAC) - Après que le FMI ait réussi à pousser le Zimbabwe dans le piège de la dette…

Après que le FMI ait suspendu toutes les possibilités d’emprunt et de crédit du Zimbabwe…

Après que le Congrès américain, sous influence britannique, ait interdit toutes institutions financières internationales d’avoir quoi que ce soit à faire avec le Zimbabwe, mises à part les demandes de remboursement de dettes…

Barack Obama dénonçait, le 15 mars 2007, sur son site internet (en anglais), le gouvernement du Président Robert Mugabe pour « corruption et mauvaise gestion qui ont mené l’économie du Zimbabwe à la ruine ».

En entrant dans ce jeu là, Obama participe à la campagne de déstabilisation du Zimbabwe organisée par l’Empire britannique depuis que son Président en a gagné l’indépendance.

Alors que les médias internationaux criaient à la fraude et au changement de régime, l’Union africaine, qui avait dépêché une équipe d’observateurs dirigée par l’ancien Président du Sierra Leone, Ahmed Tejan Kabbah, vient de confirmer le bon déroulement des dernières élections, qui devraient amener à un second tour. Tandis que le président Mugabe accepte la situation et les conséquences telles que sa non réélection, l’opposition de Morgan Tsvangirai refuse et appelle à une intervention étrangère dans son propre pays.

C’est un an avant ces élections au Zimbabwe, en mars 2007, qu’Obama publie une déclaration accompagnant sa résolution anti-zimbabwéenne qu’il défendra au Sénat, où il dit : « Les Etats-Unis doivent continuer à fortement s’opposer aux abus de pouvoir du président Mugabe. Nous devons rejoindre nos alliés européens, les Nations Unies, et plus important, les pays et les institutions de la région pour imposer un changement positif au Zimbabwe. Cela signifie une transition pacifique vers la démocratie en 2008 et une aide pour relancer la croissance économique, y compris la levée des sanctions, dès que le sombre nuage du système Mugabe sera levé ; et que les Zimbabwéens puissent enfin atteindre le futur qu’ils désirent. »

Co-sponsorisée par les sénateurs Biden, Dodd, Hagel, Liebermann, Durban, Feingold et Kerry, la résolution d’Obama de mars 2007 a été adoptée lors du vote du 26 juin 2007.

« On peut s’attendre à ce genre de résolution de la part de gens qui flirtent avec Pelosi, qui a bloqué toute forme d’action contre le vice-président américain Dick Cheney et ses visées militaires », précise LyndonLarouche ; « car en défendant et en poussant la propagande britannique contre le gouvernement du Zimbabwe, Obama s’est aligné sur un groupe probritannique de racistes anti-africains. »

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet