www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Obama dissimule la révolte populaire et prolonge l’état d’urgence

La rédaction
2532 visites | 8 commentaires

12 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – Après qu’ait éclaté début août une révolte populaire contre la réforme Obama et sa politique de renflouement, la Maison Blanche et les médias nationaux américains font désormais comme si le peuple n’avait pas parlé. La presse ne rapporte plus les rassemblements de masses et les manifestations d’hostilités du peuple à l’encontre d’Obama et de ses politiques, et le Président a choisi dans son discours de mercredi de ne pas tenir compte de cette contestation massive et de poursuivre son programme d’austérité.

Fin août, alors que de nombreux députés ne tenaient plus de réunions publiques ou optaient pour des visioconférences et des réunions de dernières minutes par peur des citoyens en colère, au moins 15 à 20 000 personnes ont participé chaque jour à des Town Hall meetings qui rassemblaient en moyenne 7-800 personnes. Samedi dernier, 18 000 personnes se sont massées à Cincinnati dans l’Ohio, un des Etats les plus durement frappé par la crise, pour un Town Hall meeting spécial avec le chef du groupe républicain à la Chambre des députés. Les questions portaient aussi bien sur la réforme de la santé que sur l’éducation, le renflouement de Wall Street et, nouveauté, sur la guerre en Afghanistan - la Maison Blanche veut y envoyer plus de soldats alors que la population est majoritairement opposée à cette guerre. Deux jours après, à quelques kilomètres de là, le Président en personne ne rassemblait que 4 000 personnes en soutient à sa réforme. La marche sur Washington organisée aujourd’hui à l’initiative d’organisations libertariennes/conservatrices a elle aussi été étouffée par la presse nationale.

Que la contestation soit républicaine, démocrate ou simplement citoyenne, elle est systématiquement dissimulée, Washington se transformant ainsi en bunker pour se protéger de la réalité. La Maison Blanche aurait-elle nommée Josef Goebbels « tsar » à l’information ?

Dans sa folie, la Maison Blanche vient aussi de prolonger l’état d’urgence (et donc les mesures d’état policier qui vont avec) décrété par George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001 et qui avait permis à son administration de renforcer le pouvoir présidentiel et de dissimuler ses pratiques inconstitutionnelles. L’administration Obama a déjà adopté la doctrine de l’ « exécutif unitaire » établie par ses prédécesseurs, en gouvernant par des décrets-lois (« signing statements ») contredisant les décisions du Congrès et en recourant à la tsarmania pour contourner les procédures parlementaires de confirmation pour les responsables de l’administration.


La bataille pour sauver la Maison Blanche : Conférence internet de Lyndon LaRouche du 8 septembre


  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 8 commentaires

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2009 à 10:13
    par lapolare

    Il faut tout mettre en oeuvre pour invalider définitivement cette infamie de traité de Lisbonne. D’ailleurs, il est déjà mort quatre fois, avec son rejet par plusieurs peuples européens par référendum. Le fait que nos élites s’acharnent à l’imposer à toute force prouvent bien son caractère profondément antidémocratique. Or, certains eurofanatiques parmi la population, se disant chrétiens, le jugent "pas démocratique mais nécessaire"... et nous accusent de propager la théorie du complot lorsque nous dénonçons la politique d’austérité que ce traité renforcera. Et lorsque la peine de mort sera rétablie, ces gens invoqueront peut-être encore la "nécessité" de telles mesures allant à l’encontre de l’idéal chrétien qu’ils prétendent servir ! Quelle hypocrisie monstrueuse. Irlandais, dites NON au traité de Lisbonne !

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2009 à 13:16
    par matière invisible

    L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés.
    L’entrée en vigueur du Traité permet explicitement de « réprimer [si nécessaire], conformément à la loi, une émeute ou une insurrection ».
    Voir l’article 2 (« droit à la vie ») de la nouvelle Charte des droits fondamentaux : « nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté. ». Cela paraît incontestable, mais dans un passage en petits caractères on trouve les exceptions :
    « La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire :
    a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ;
    b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue ;
    c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection. »

    C’est ainsi que l’abolition de la peine de mort est relativisée et invalidée. Selon l’alinéa c), il sera donc possible dans l’UE, malgré l’interdiction officielle de la peine de mort, d’y recourir pour « réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection ». Le saviez-vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2009 à 18:49
    par princedenogent

    La révolte populaire américaine ne va pas tarder à débarquer en Europe, et va affecter toutes les catégories socio-professionnelles et échapper très rapidement au pouvoir politico-syndical ; et à la différence des années Mythe Errant (les années 80-90) il n’y aura pas de Front National ni de RMI assez fort pour servir de dérivatif ou de paratonnerre.

    • Le 12 septembre 2009 à 22:08
      par le roseau

      C’est oublié un "petit détail", le traité de Lisbonne admet à nouveau la peine de mort pour les insurgés de l’UE. A la suite de la crise économique, elle s’attend à de graves troubles dans beaucoup d’Etats membres.L’entrée en vigueur du traité de Lisbonne permet de réprimer,conformément à la loi, une émeute ou une insurrection et la peine de mort pourra être prononcée ds l’UE.
      (bulletin officiel de l’Union Européenne du 14/12/2007.

    • Le 13 septembre 2009 à 11:49
      par grandghana

      Peut être mais le Traité de Lisbonne n’entrera pas en vigueur avant l’éventuelle ratification par l’Irlande qui elle même dépend du vote lors du prochain référundum. Là est peut être (certainement) la planche de salut pour les Européens.
      Il faut absolument que tous nous fassions comprendre aux Irlandais l’importance de leur vote via la toile. Utilisons celle-ci avant que l’Elite ne reprenne la main dessus.

      Dans l’histoire chaque grande manipulation comporte son talon d’Achille. Nous avons identifié celui pour l’Europe.

    • Le 13 septembre 2009 à 12:06
      par le roseau

      OUPS ! c’est oublier (mieux ainsi !)scusi.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2009 à 03:24
    par Pic et Puce

    Pour bon nombre d’Americains tout ce qui n’est pas relate sur un ecran de tv n’existe pas ou est suspect...On voit bien le deni volontaire de realite entretenu par le pouvoir. D’ailleurs deni prolonge par les medias en Europe, vassale des USA. Ils esperent tuer mediatiquement dans l’oeuf les revoltes a venir. Attendons-nous a une prise de controle d’Internet par le pouvoir financier qui pour l’instant recence ses opposants...
    Inversement les medias tenus par la finance anglo-saxonne ont voulu nous faire croire a une maree populaire et revolutionnaire en Iran... Mr Larouche, j’espere que vous etes bien protege car plus vous representerez un espoir populaire, plus vous serez en danger.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2009 à 19:27
    par petite souris

    L’état d’urgence !

    Les Etats-Unis sont-ils en guerre civile ?

    Déjà ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet