Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Obama et McCain soutiennent le projet britannique d’Etat policier mondial

La rédaction
visites
1600

31 mai 2008 (LPAC) – Rosemary Righter du London Times de Rupert Murdoch, fait l’éloge de John McCain et de Barack Obama dans une tribune parue le 29 mai. Elle les félicite de préconiser ce qu’elle appelle « la dernière grande idée américaine » de « Ligue » ou « Concert des démocraties », qui pourrait imposer sa volonté collective par la force à travers le monde. Ce concept écarte totalement l’idée de souveraineté nationale à laquelle elle oppose le prétexte « plausiblement légitime » de violations des droits de l’homme par des « Etats voyous », rejetant avec mépris les objections de pays comme la Russie et la Chine, considérés comme ennemis.

Cette proposition de Ligue des démocraties fut avancée pour la première fois par des dirigeants britanniques pro-Hitler dans les années 30 et plus particulièrement par Lord Lothian. Elle apparaît à nouveau dans le livre de Clarence Streit, Union Now, en 1938, dans lequel il propose un Etat policier mondial, mis en place par la force armée et la monnaie américaine, conjointement avec l’Empire britannique. Tony Blair, ancien Premier ministre de Grande Bretagne, a soutenu cette idée à partir de 1999.

Le London Times regrette que les Etats-Unis n’aient pas saisi l’occasion du cyclone en Birmanie pour mener une opération militaire dans ce pays prostré, et recommande l’usage de la force par les anglo-américains qui devraient passer outre les conseils des Nations unies et le « légalisme stérile » des normes internationales.

Righter déclare que John McCain a « constamment préconisé » ce type de politiques et que « M. Obama » en a fait « autant récemment ».

pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !