Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire Flash : 1er avril - Devant la FNSEA réunie à Brest, Cheminade présente sa vision de l’agriculture du futur Lire
AccueilActualité
Brèves

Obama, « plutôt Louis XVI que Roosevelt »

La rédaction
visites
1634
commentaires

4 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – Dans un article intitulé « Hypothéquer la Maison Blanche », le journaliste américain Bill Moyers, ancien conseiller de Lyndon Johnson et présentateur sur la chaîne publique PBS, met en garde Obama sur sa persistance à s’entourer de conseillers économiques proches de Wall Street, alors que nombre d’experts comparent le nouveau président à Franklin Roosevelt.

« Lors de ses 100 premiers jours, Roosevelt bousculait tout sur son passage : Il a fermé les banques, viré les marchands du temple et a pondu loi sur loi. (…) Certes, le président Obama est très occupé, mais il n’est pas Roosevelt ».

Pour Moyers, le problème d’Obama vient de son milieu : « Notre nouveau Président a reçu son éducation politique dans le monde politique de Chicago et semble avoir adopté la stratégie de l’ancien boss de la ville, feu Richard Daley, père du maire actuel : ‘Ne pas faire de vague, ne pas soutenir les perdants’. »

Effectivement, « en choisissant une personne si proche des banques pour gérer leur sauvetage [le secrétaire au Trésor Tim Geithner] et en nommant son conseiller économique Larry Summers, qui dans l’administration Clinton a appliqué le laisser-faire à une industrie de la finance qui l’a richement rémunéré par la suite, le Président s’est laissé prendre dans ce vieux mythe du ‘ce qui est bon pour Wall Street est bon pour l’Amérique’. »

« Avec ces deux-là comme gardes-barrières, le président Obama se trouve désormais dans la position de Louis XVI à qui Marie-Antoinette conseille de reprendre de la brioche en attendant que passe la colère de la rue. »

Vidéo : La dernière intervention de LaRouche auprès des institutions de la présidence

Voir les 3 commentaires

  • menthalo • 05/05/2009 - 11:21

    pour être exact, Marie Antoinette s’informant du pourquoi de la colère du peuple, s’entend dire
    "ils n’ont plus de pain"

    ".. et bien, qu’ils mangent de la brioche" avait dit l’écervelée qui fut plus tard étêtée

    Répondre à ce message

  • Robin • 05/05/2009 - 08:10

    J’ai l’impression que M. Obama est le pion marketing des britanniques.

    Il est amusant de voir, sous couvert de père la vertu, comme M. Obama a évincé, lors du G20, les places financières concurentes de la City.

    Répondre à ce message

  • dra • 04/05/2009 - 22:02

    Rectification : il n’y avait plus de farine donc plus de pain mais il restait de la brioche.
    Ne pas comparer un Louis XVI ou une Marie Antoinette à des gens qui ne pensent pas du tout à autrui.....mais uniquement à leur argent ou à leur pouvoir.
    Ceci dit Obama n’est pas Roosevelt et c’est malheureux et pour les états unis d’amérique et pour le monde !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide