Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Obama rattrapé par la justice

La rédaction
visites
1504

4 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – Les tentatives de corruption et les pratiques politiques mafieuses de la « Chicago team » d’Obama sont désormais sous les feux de la justice américaine. Le Président pourrait bien devoir quitter son poste dans les mois qui viennent, contraint ou forcé.

Hier, à l’ouverture du procès pour corruption de l’ancien gouverneur de l’Illinois, Rod Blagojevich, les assignations à comparaître de deux membres du cabinet d’Obama ont été confirmées. Il s’agit ni plus ni moins de son directeur, Rahm Emanuel, et de la conseillère du Président, Valerie Jarrett, tous deux partenaires d’Obama depuis le début de sa carrière politique à Chicago. Ils devront répondre devant la justice de leur implication dans les marchandages du siège de sénateur laissé vacant par Obama après son élection. Trois des principaux alliés d’Obama au Congrès sont également assignés : le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, son collègue Dick Durbin et le député Jesse Jackson, tous deux de l’Illinois. Quant à Obama, sa demande d’assignation a été rejetée par le juge, qui a toutefois laisser entendre qu’il pourrait revoir sa décision au cours du procès.

D’autre part, dans l’affaire de tentative de corruption du député Sestak, la Maison Blanche est sortie de quatre mois de silence en publiant vendredi dernier un mémo de deux pages. Censé prouver la légalité de l’offre faite par le cabinet d’Obama pour que Sestak abandonne sa candidature aux primaires démocrates contre le sénateur Specter, ce texte expose dangereusement Rahm Emanuel et, par ricochet, le Président. Puis, avant-hier, c’est le candidat démocrate contre le sénateur Benett, Andrew Romanoff qui a confirmé que la Maison Blanche lui avait proposé un poste en échange de son abandon. L’offre lui aurait été faite par l’adjoint d’Emanuel, Jim Messina, lors d’un appel téléphonique et dans un email dont le contenu vient d’être révélé par Romanoff. Le ministère de la Justice et le FBI, sous pression de certains congressistes républicains, pourraient être contraints à ouvrir une enquête pénale.

Ajouté à sa politique bushiste en Afghanistan, sa volonté de protéger Wall Street contre toute réglementation systémique, et son incapacité à agir avec fermeté contre British Petroleum, le Président est de plus en plus perçu comme une menace pour l’intérêt national américain. Son départ pourrait permettre à l’aile rooseveltienne/patriotique des institutions menée par Lyndon LaRouche, de reprendre la main et d’envoyer au monde un signe de changement tant attendu depuis 1963, alors que le système financier international menace de s’effondrer à tout moment.


Lire aussi :


Contactez-nous !