Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Obamacare : LaRouche avait raison

La rédaction
visites
925
JPEG - 133.5 ko
L’homme politique américain Lyndon LaRouche a toujours milité pour une couverture médicale universelle (single-payer) pour tous. C’est pour cela que dés 2009 son mouvement dénonce avec virulence le caractère frauduleux et criminel de la réforme de la santé engagée par Obama qui livre la santé publique aux assureurs privés dont le but essentiel n’est la santé des citoyens mais... de leurs profits. Dès qu’Obama change sa politique, affirme alors LaRouche, je fais retirer cette moustache qui le déshonore...

Wikileaks vient de publier une flopée de courriels envoyés par Sidney Blumenthal, un des plus proches conseillers de Hillary Clinton, où il est question entre autre de la « couverture » santé voulue par le président Obama (baptisée Obamacare) et de l’opposition particulièrement tenace organisée par l’homme politique américain Lyndon LaRouche et son mouvement le LPAC.

JPEG - 197 ko
En 1939, concentrant son budget sur l’effort de guerre, Hitler demanda à son ministre de la Santé de « faire certaines économies sur les dépenses hospitalières ». Il finit par rédiger le décret du 1er septembre, intitulé « destruction des vies sans valeur ». Cette affiche du parti nazi s’indigne du fait que la personne frappée d’une maladie héréditaire coûtera 60 000 reichsmark à la collectivité ! « C’est aussi votre argent ! » souligne l’affiche.

Blumenthal y transmet des extraits d’un article de son propre fils Max Blumenthal, qui note que c’était LaRouche qui avait expliqué le premier que la réforme finirait par sabrer la qualité des soins médicaux en raison des mesures de réduction de coûts, décidées dans une logique similaire à celle ayant servi à justifier la politique d’euthanasie des nazis.

Selon Max Blumenthal, c’est LaRouche qui avait dénoncé le premier les « commissions de la mort » qui seraient créées dans le cadre de cette loi pour déterminer qui aurait droit aux soins et qui serait condamné à mourir.

Blumenthal, tout en ridiculisant les mises en garde de LaRouche, reconnaît que le président « Obama ne s’est jamais remis des dommages » infligés en ce sens par l’analyse de LaRouche.

À ce jour, Obama est encore sur la défensive, comme on a pu le constater dans un discours prononcé le 20 octobre à Miami : « L’Affordable Care Act [nom officiel de la réforme] a accompli ce qu’elle devait accomplir. Où est donc le problème ? Pourquoi toute cette agitation ? ».

Eh bien, on s’agite parce que la mission a été effectivement accomplie : la couverture santé des Américains a été fortement réduite. Les grandes sociétés d’assurance se retirent du programme diminuant la concurrence, les cotisations montent en flèche parfois de 50 à 60%, et le « ticket-modérateur » est en hausse.

En même temps, les hôpitaux ferment, les médecins se précipitent pour prendre leur retraite, et le taux de mortalité parmi les jeunes est en forte augmentation. D’ailleurs, moins de 30% des personnes âgées de moins de 35 ans éligibles, ont effectivement souscrit une assurance maladie.

Mais LaRouche n’est plus seul. Pour Mark Dayton, gouverneur démocrate du Minnesota, le prix du programme « n’est plus abordable ». Et même l’ancien président Bill Clinton a parlé d’un « système totalement irrationnel », où les gens qui travaillent dur,

Voient multipliées par deux leur cotisations et leur prestations diminuées de moitié ! C’est la chose la plus irrationnelle au monde.

Reste à savoir si Hillary Clinton écoutera son mari, ou bien Barack Obama...

Contactez-nous !